Paroles

Une solution au sein d’une mixité sociale

Lundi 2 janvier 2017

Parole d'expert : Lawrence Descuilhès, Directeur exterrA par Domofrance

En ayant dépassé de 10 % nos objectifs au cours des sept premiers mois de 2016, nous enregistrons notre meilleure année depuis 2012, ce qui est exceptionnel. La marque exterrA par Domofrance, créée en septembre 2013, propose des logements en accession à la propriété de qualité, à des niveaux de prix de 20 % inférieurs à ceux observables sur le marché, soit un prix moyen de 3 000 €/m2, parking compris, comme c’est le cas, par exemple, de notre opération Les Jardins du Bassin, sur les Bassins à flot, que nous livrerons mi 2017.
Nous visons 200 réservations nettes pour 2016 et 120 lancements pour 275 en 2017. L’un des plus emblématiques est l’opération des Hauts Plateaux II, à Bègles, avec un concept de lotissement vertical, qui comprendra entre 12 et 17 lots, et dont il n’existe que deux exemples dans le monde, à Osaka et à Berlin. Chacun des acquéreurs disposera d’un volume au sens juridique et devra déposer son propre permis de construire. Le lancement de cette structure, qui constitue une alternative sérieuse au pavillon, devrait intervenir vers la fin 2016.
En 2017, nous livrerons nos opérations de Saint-Loubes avec Le Clos de la Treille ou encore le Pré Carré, à Bègles. Nous lançons en septembre l’opération Haut Castel, 42 logements sis près du Château Mission Haut-Brion tandis qu’en octobre ou novembre, nous proposerons une opération sur Saint-Jean- D’Illac et, début 2017 nous serons présent à Bayonne avec Les Hauts de Bayonne, 45 logements en collectif et 10 maisons, pour une livraison fin 2018. Enfin, mentionnons la pré-commercialisation, d’ici à fin 2016, d’un programme à Brazza, avec des volumes capables. Dans ce contexte, le PSLA prend sa place au sein de notre production, compris chaque année entre 40 et 50 %. Nous maintenons ce niveau, car il ne faut pas perdre à l’esprit que des candidats à l’accession souhaitent aussi acquérir leur logement en VEFA. Il importe que le PSLA soit mixé avec d’autres modes d’accessions. Le PSLA reste – et c’est beaucoup - un mode d’accession sociale avec un plafond de prix de vente fixé par l’Etat et un plafond de revenus pour l’acquéreur.

")