Paroles

Pierre Izard, Président du Conseil Général de Haute-Garonne

Mardi 11 octobre 2011
Une politique efficace en faveur du logement étudiant, un encouragement du parc privé avec le dispositif "Louez confiant", un partenariat actif dans le GPV de Toulouse, la gestion du Fond de Solidarité Logement, Immobilier Mode d'Emploi décrypte l'action du Conseil Général de la Haute Garonne - Entretien avec son Président Pierre Izard.

Le Conseil Général concourt à renforcer l’offre en logements accessibles.

Inscrite dans la durée, toute la démarche du Conseil Général en matière de logement concourt à renforcer l’offre. Il veille également à rendre les logements accessibles aux familles auxquels ils sont destinés. Les résultats se révèlent encourageants, mais nous sommes confrontés à un désengagement continu de l’Etat. Ainsi en est-il de l’expérience acquise dans le cadre de la délégation des aides à la pierre. Elle n’est certainement pas étrangère au doublement de la production de logements sociaux enregistré dans notre département, surtout au moment où l’Etat impose des directives contraires aux attentes des opérateurs HLM et des propriétaires privés en supprimant la Palulos HLM, en baissant ses aides à la construction en zone rurale et en baissant de 30 % les subventions en faveur du parc privé.

Le Conseil Général peut également faire état de ses interventions en crédits propres sur l’ensemble du territoire départemental, de ses initiatives en faveur du logement étudiant, de celles pour remobiliser le parc privé à travers l’opération « louez confiant », ainsi que du soutien actif qu’il apporte aux bailleurs sociaux, via une politique de garantie d’emprunt avoisinant chaque année les 600 millions d’euros.

Face à l’ampleur de la tâche, notre action doit toujours se faire en respectant les habitants. Telle demeure plus que jamais l’orientation du Conseil Général notamment dans son partenariat au Grand Projet de Ville. Son engagement effectué hors compétences légales et récemment rehaussé à 53 à 63 millions d’euro n’est pas qu’une réflexion sur les masses d’argent à engager. C’est aussi l’occasion de réfléchir sur les espaces publics de proximité nécessaires à la vie quotidienne des habitants des quartiers concernés et d’assurer cette gestion de proximité que nos concitoyens attendent de leurs élus.

Dans le contexte général de crise économique et financière que nous traversons, la gestion du Fonds de Solidarité Logement désormais assumé par le Conseil Général à la suite du désengagement de l’Etat apparaît dans toute sa dimension d’aide à la personne, tout comme l’amélioration des règles d’attribution des prêts départementaux pour l’accession et la « location-accession » dont le Conseil Général a augmenté le montant des prêts.  

Assurément cet ensemble d’outils, enrichi par ailleurs des partenariats avec la SA les Chalets et l’Office Public Habitat 31, valide la pertinence de l’échelon départemental pour développer localement des politiques d’aménagement du territoire et de solidarité constamment réactualisées, surtout dans le contexte de crise sociale, économique et financière que nous traversons. En envisageant de supprimer la clause générale de compétence, le gouvernement prend le risque de déliter les politiques locales qui se sont patiemment mises en place et qui contribuent fortement au maintien de l’activité économique. Que ce soit dans ou en dehors du territoire de délégation des aides à la pierre ou dans le cadre du GPV, le logement social ne saurait demain se permettre de laisser au placard la capacité d’initiative dont le Conseil Général a su faire preuve pour la Haute-Garonne.             

")