Paroles

Michael Delafosse, Délégué à l'urbanisme et à l'aménagement durable de Montpellier

Lundi 30 septembre 2013
Immobilier Mode d'Emploi fait un tour d'horizon avec Michael Delafosse, Maire adjoint à l'urbanisme pour la ville de Montpellier.

« Montpellier a un génie urbain particulier »

 

Immobilier Mode d'Emploi : Comment expliquer  la relative  bonne tenue du marché du logement à Montpellier ?

 

Michael Delafosse : Montpellier a d’innombrables qualités qui font son identité. L’intérêt de choisir cette ville réside notamment dans le maillage de son réseau de transports et dans l’offre de services publics. Montpellier est l’une des villes qui rayonnent dans le monde grâce à son architecture contemporaine qui permet d’embellir ce territoire, de soutenir l’activité économique et de ne jamais laisser indifférent. C’est le cas avec les « folies » où nous proposons aux acteurs privés de la construction de réaliser des gestes architecturaux répartis partout dans la ville. Avec Pierresvives, [la Cité des savoirs et sport pour tous], un bâtiment signé par l’architecte Zaha Hadid, c’est ce qu’a réalisé André Vezinhet, le président du Conseil général. Pour réaliser les douze « folies » de Montpellier, qui se situeront le long des lignes de tramway, nous lancerons les concours au cours des trois prochaines années pour des constructions réalisées d’ici à 2020.

 

IME : Vous parlez d’architecture remarquable. Est-ce compatible avec les besoins en logements vers les ménages modestes ?

 

Michael Delafosse : Je défends une ville pour tous. Il est très important que Montpellier accueille des gens aisés, les classes moyennes et il est évidemment impératif que les dispositifs de solidarité permettent à des ménages plus modestes d’habiter la ville. C’est dans cet esprit que nous allons amplifier le dispositif d’aide à l’accession à la propriété. Nous voulons permettre au plus grand nombre de candidats à l’accession issus de la classe moyenne de se loger. Nous allons ainsi améliorer la lisibilité et la compréhension du dispositif d’accession aidée pour que celui-ci soit le plus juste possible. Quant au logement social, j’aimerais rappeler que Montpellier est la ville la plus exemplaire de l’agglomération et que nous sommes engagés dans l’effort de solidarité qui permettra d’atteindre 25 % de logements sociaux comme le souhaite le gouvernement. Avec un taux de 21 % de logements sociaux, nous n’avons pas à rougir devant certaines communes qui, elles, freinent des quatre fers pour empêcher la production de ces logements sur leur territoire. Nous allons aussi développer le PSLA en l’incluant dans la production de logements sociaux. Montpellier est une ville solidaire tournée vers l’avenir.

 

IME : Pour la première fois depuis longtemps, la part relative et absolue des propriétaires occupants est supérieure à celle des investisseurs. Est-ce inquiétant ?

 

Michael Delafosse : C’est une bonne chose et cette tendance, qui démontre que de plus en plus de montpelliérains arrivent à devenir propriétaires occupants, doit se poursuive. C’est une bonne dynamique qui confirme aussi les efforts et progrès accomplis par les acteurs de l’immobilier. Quant aux investisseurs, je ne suis nullement inquiet. Montpellier reste attractive et affiche des niveaux de ventes de logements supérieurs à bien d’autres villes de taille comparable en France. Bien que la vigilance soit toujours de mise, il est acquis que Montpellier ne pâtit d’aucune dépréciation de son marché.

 

IME : Quels sont, parmi les projets à moyen terme, ceux qui vont avoir un impact sur Montpellier ?

 

Michael Delafosse : Le projet sur le site de l’EAI, qui sera achevé vers 2025, vise à donner un parc de 16,5 ha aux montpelliérains, à transformer l’avenue de Toulouse, qui est la moins esthétique de la ville, ainsi qu’à réaliser un nouveau quartier avec une offre nouvelle de logements, tout en permettant, enfin, d’améliorer l’existant. Mais nous commençons aussi le quartier Saint-Roch qui sera achevé entre 2020 et 2022. Pour la première fois, nous arrachons le bitume d’un parking pour réaliser un parc et construire des logements. Ce projet urbain est un soutien réel au commerce de proximité dans ce secteur. Enfin, avec le projet Oze Montpellier Nature urbaine, Montpellier poursuit son avancée vers la mer, mais la ville n’existe pas que dans cette direction. Montpellier a un génie particulier et tous ses quartiers ont leur importance. Il faudra ainsi porter une attention toute particulière aux quartiers de l’Ouest de la ville, notamment en matière d’espaces publics.

 

IME : Est-ce la préfiguration du projet urbain de Montpellier 2040 ?

 

Michael Delafosse : Après avoir écouté les Montpelliérains, le projet urbain Montpellier 2040 entre dans son deuxième acte, pour apporter des orientations du projet qui sera soumis au vote du Conseil Municipal de décembre. Des projets concrets illustrent ces premières pistes : reconvertir le site de l’EAI en quartier à énergie positive, faire du Verdanson une grande promenade à travers la ville, ouvrir le marché-gare aux Montpelliérains... L’ensemble de ces propositions guidera, dans la foulée, l’élaboration du nouveau Plan Local d’Urbanisme de Montpellier.

")