Paroles

Marc Pigeon - Fpc

Lundi 12 avril 2010

Interview de M. Marc Pigeon, président de la fpc

 

 

Marc Pigeon, Président de la Fédération des Promoteurs Constructeurs (FPC)

 

Christophe Combe pour Immobilier Mode d’Emploi : Avec un démarrage difficile début 2009, le plan de relance du gouvernement aura finalement permis de maintenir une activité soutenue notamment avec la loi Scellier & le doublement du PTZ. Pourtant, la production de logement neuf est loin d'être au niveau escompté ?

Marc Pigeon :
Certes le plan de  relance gouvernemental nous a permis de maintenir un niveau d’activité commerciale très supérieur à ce qu’il était estimé. Dans ce sens, ce plan est positif avec près de 105000 logements vendus dont prés des deux tiers en Loi Scellier. Mais on a seulement évité le pire !
Le déficit est d’environ 30000 au minimum si nous voulons respecter les objectifs que s’est fixé l’État : 450000 logements neufs par an dont 200000 réalisés par les constructeurs de maisons individuelles, environ 120000 par les sociétés HLM et 130000 par la FPC. La production des promoteurs étant à mon sens à répartir à parité entre l’investissement locatif et l’accession.
Nous pêchons en matière d’accession et de primo- accession puisque nous enregistrons le chiffre le plus faible depuis plus de quinze ans. D’ailleurs, prochainement, la Fédération des Promoteurs Constructeurs fera  sur ce sujet un certain nombre de propositions au gouvernement.

IME : Le souhait de construire plus aux nouvelles normes en facilitant l'accès aux primo accédants est réel. Les taux sont historiquement bas; le PTZ doublé ne sera maintenu que jusqu'en juin 2010 ; et le Pass Foncier® largement simplifié dans sa nouvelle mouture tarde à produire ses effets. Quelle est votre vision des choses et les propositions de la FPC pour la Primo Accession ?

Marc Pigeon : L’accession est notre priorité de réflexion. Nous sommes volontaires pour utiliser au mieux les outils existants afin d’accompagner les ménages dans leur parcours résidentiel. Le Pass Foncier® et l’incitation à l’accession en proximité des secteurs ANRU sont des outils fabuleux qu’il faut pérenniser .Il nous faut encore nous appuyer sur les dispositifs  existants .Le prêt a taux zéro doit être amplifié plutôt que rogné, et la déduction des intérêts d’emprunts réorientée pour une meilleure efficacité. L’intérêt majeur est de  re-solvabiliser des populations qui ne l’étaient pas ou plus ! même s’il est vrai que le blocage lié au marché de l’ancien , qui ne facilite pas  la fluidité des marchés, et les inquiétudes face à l’emploi sont des motifs qui peuvent être source d’attentisme.
IL me parait, bien sûr, indispensable de concentrer les aides vers le logement neuf, moteur de la  relance,mais aussi vers l’ancien en contrepartie d’une amélioration significative des performances environnementales .Et pour cela il nous  faut  aller plus loin et ne pas se satisfaire uniquement d’agrémenter les façades de nos centres anciens qui se paupérisent mais bel et bien de les restructurer. Il ne s’agit pas de mettre uniquement un coup de pinceau mais de concevoir et réaliser des logements adaptés aux attentes actuelles de nos concitoyens.
Place à la réflexion et aux propositions, nous sommes persuadés qu’avec autant, nous pouvons  faire mieux.

IME : Le BBC est à l'ordre du jour et un nombre croissant de particuliers souhaitent acquérir un logement BBC en accession ou pour investir. Pouvez-vous faire le point sur ce sujet et nous faire part des réflexions de la FPC ?

Marc Pigeon : Élu Président, j’ai fait de l’engagement environnemental une priorité. Pour preuve, nous avons énormément oeuvré pour un verdissement de la Loi Scellier et aujourd’hui, nous tendons vers un engagement des membres de la FPC à construire plus de 70% en BBC.  En montant le niveau de qualité de nos logements nous allons créer un différentiel technologique qui se traduira dans le prix .Ce nouvel écart entre le neuf et l’existant permettra, je l’espère, de rétablir la fluidité entre ces deux marchés.

IME : Votre sentiment sur le marché 2010 ?

Marc Pigeon :
Nous pourrions redescendre sous la barre des 100000 logements alors que nous avons les structures, les compétences et les outils pour accompagner bien plus loin les efforts en matières de construction.
Le PLS, qui pourtant, est un bon principe pour produire du locatif intermédiaire destinée à une clientèle éligible au logement social cesse d’être en application. C’est dommage, c’était là le moyen qui permettait à  l’investissement  privé d’accompagner la réalisation de logements sociaux dont le manque se fait cruellement ressentir ! Il y a là encore matière pour progresser !
J’ai le sentiment que si la pensée, l ‘intelligence et l’action  se conjuguent de la même manière avec laquelle tous les acteurs ont su le faire pour l’année 2009, quand tous les baromètres nous prédisaient un cataclysme, alors nous serons en mesure de relever le défi de l’accession et du locatif social dès 2011.   

")