Paroles

Logements neufs, un regain d’activité bienvenu pour les entreprises du bâtiment

Mercredi 7 décembre 2016

Parole d'expert : Frédéric Carré, Président de la fédération du Bâtiment de Haute-Garonne

Les entreprises de construction ne peuvent que se féliciter du dynamisme dont bénéficie aujourd’hui le secteur du logement neuf. De manière générale la construction de logements représente en effet, au minimum, un tiers de notre activité globale. La reprise qui se dessine depuis deux ans, et qui se confirme cette année, représente de fait un motif de satisfaction et une bouffée d’oxygène dans la crise que nous traversons depuis plusieurs années. Un dynamisme dont bénéficie au premier chef, il est vrai, l’agglomération toulousaine. Avec un élément positif à souligner. Traditionnellement la construction de logements sociaux jouait un rôle d’amortisseur, avec des investissements, de la part des organismes HLM, liés à un nécessaire effort de rattrapage. Aujourd’hui, face à la demande du marché privé, les promoteurs ont nettement relancé leur offre et engagent de nouveaux programmes. S’ajoutent à ceci, dans un autre domaine, certains éléments encourageants de la part des collectivités, qui peuvent ouvrir des perspectives pour nos entreprises : grands chantier, comme le lancement des travaux du nouveau Parc des Expositions, dans l’agglomération toulousaine, « plan Marshall » lancé par la nouvelle grande Région, pour le secteur du BTP. . Pour rester dans le domaine du logement, la montée en puissance de certaines opérations publiques d’aménagement, comme la ZAC de la Cartoucherie, à Toulouse, joue aussi un rôle favorable.
En bref, il semble que la pompe commence à se réamorcer. Et il est vrai qu’il est grand temps car nombre de nos entreprises doivent faire face à de sérieuses difficultés, avec des pertes d’emplois inquiétantes pour notre secteur. Ceci dit nous sommes toujours confrontés à une problématique importante. Celle des prix qui demeurent particulièrement tendus. Ceux-ci étaient tellement descendus qu’il semble difficile de retrouver un niveau satisfaisant. Les promoteurs, les donneurs d’ordre, doivent acheter nos interventions à leur juste prix. Il n’est pas normal de voir attribuer des marchés à 30% de moins qu’une estimation raisonnable. Mais je veux avoir confiance dans le dialogue avec nos partenaires.
En résumé s’il est encore un peu tôt pour crier victoire, tous les acteurs de l’acte de construire, particulièrement dans le domaine du logement, ont aujourd’hui motif à se montrer raisonnablement optimistes.

")