Paroles

La maison individuelle a toute sa place

Jeudi 16 octobre 2014
Parole d'expert de Didier Paul Armand Président régional de l'Union des Maisons Françaises en Aquitaine sur le Marché de la Maison Individuelle en Aquitaine !

La maison individuelle a toute sa place

La modification du PTZ est elle un bon signe ?

Didier-Paul Armand : J’ai eu une lueur d’espoir avec la loi rectificative sur le budget en juillet et une modification, appliquée au 1er octobre des conditions d’attribution et de nouvelles modalités des prêts à taux zéro pour la primoaccession à la propriété. L’objectif annoncé du décret n° 2014-889 du 1er août 2014 est de « rééquilibrer l’aide entre les différentes zones géographiques et de renforcer l’aide dans les zones B1, B2 et C et d’augmenter le nombre de bénéficiaires dans les zones B2 et C ». Or, il faut bien constater que la situation est aujourd’hui dramatique.
Alors qu’il était prévu de distribuer 80 000 PTZ en 2014, seulement 44 000 ont été distribués. Avec ce décret, il sera peut-être possible de remonter à 70 000 prêts, ce qui est indispensable car l’impossibilité, pour les ménages, d’accéder à la propriété engendre une baisse de 20 à 25 % des commandes dans le secteur de la maison individuelle.

Quels sont les freins à une relance du secteur ?

Didier-Paul Armand : Nous atteignons des niveaux historiquement bas en matière de production de logements et l’on a parfois le sentiment qu’il y a une volonté de ne pas privilégier l’accession à la propriété. Ceci est accentué par une grande frilosité des prêteurs et un manque de confiance des acquéreurs potentiels, et ce, malgré des taux historiquement bas. De plus, nous voyons se profiler à l’horizon une menace déflationniste. Les prix des terrains ne baissent pas alors que ceux de la maison restent très compétitifs. Ce contexte intervient alors que les constructeurs de maisons individuelles réalisent des maisons de
qualité, très énergivores. Faire construire son logement et en devenir propriétaire, ce n’est tout de même pas un gros mot !
Vous mettez souvent en avant le rôle de la maison en zone urbanisée.


C’est une réalité ?


Didier-Paul Armand : Bien entendu ! A l’UMF, nous proposons des solutions pour mixer des formes d’habitations différentes, pour laisser toute sa place à la maison individuelle et répondre à des demandes très diverses. Les constructeurs de maison individuelle participent à la reconquête de la ville sur la ville grâce à la division parcellaire, sur des terrains qui sont, par exemple, libérés à l’occasion d’une division ou après une démolition. Nous savons parfaitement réaliser des maisons en bande sur des zones urbaines pour accueillir des maisons individuelles, comme nous savons parfaitement concevoir une maison quatre côtés en zone C.


La maison est un complément indispensable à l’urbanisation et il est incompréhensible que les responsables politiques n’en prennent pas plus rapidement conscience.

")