Paroles

Cyrille Vivas. Président régional du SNAL : L’aménagement de terrains à bâtir peut favoriser la création d’un habitat individuel dense

Jeudi 19 septembre 2013
En 2013 malgré les remous que connait le marché de l'immobilier neuf , l'Aquitaine est l'une des régions qui s'en tire le mieux dans le domaine des terrains à bâtir grâce à attractivité naturelle, mais aussi du dynamisme de la métropole bordelaise !

Cyrille Vivas. Président régional du SNAL (Syndicat national des aménageurs lotisseurs)


L’aménagement de terrains à bâtir peut favoriser la création d’un habitat individuel dense


En 2013 le marché des terrains à bâtir demeure calme. La commercialisation est lente, mais une certaine activité perdure. Au niveau national l’Aquitaine est l’une des régions qui s’en tire le mieux. Un effet de son attractivité naturelle, mais aussi du dynamisme de la métropole bordelaise. D’autre part le littoral joue toujours un certain rôle. Ceci dit les libérations de nouveau foncier deviennent rares. Notamment dans les secteurs les plus tendus, à commencer par l’agglomération bordelaise, ou les secteurs en cours d’urbanisation privilégient la verticalité, avec un collectif largement hégémonique. La demande pour la maison individuelle demeure pourtant, on le sait, importante. Nous pensons qu’elle a toute sa place dans les nouvelles opérations, comme les «50 000 logements ». Nous militons pour une prise en compte d’une typologie d’habitat individuel dense, qui réponde à cette volonté de densification tout en respectant une nécessaire diversité des formes d’habitat.

Dans les petites villes, ou les bourgs centres, les élus, sensibles à la nécessité d’avoir une stratégie d’aménagement pour éviter le diffus et conscients de la nécessité d’accueillir de nouveaux habitants, sont par contre très favorables à la création de lotissements. En matière de prix, ceux-ci demeurent stables, mais ne baissent pas. Pour les quelques opportunités dans les premières couronnes de la CUB les parcelles se négocient au dessus de 100 000 euros, pour 200 à 400 m2, en troisième ou quatrième couronne les prix se situent autour de 60 000 euros pour 400 à 600 m2, pour les secteurs plus éloignés les surfaces pour le même prix peuvent encore être supérieures à 600 m2.
 

")