Enquêtes

Ville de Saint-Orens

Vendredi 21 novembre 2008

Les opérations publiques d’aménagement permettent d’éviter la spéculation sur le foncier

 

Christian Sempé, maire de Saint-Orens, vice-président de la communauté d’agglomération du Grand Toulouse

 

Immobilier Mode d’Emploi : Qu’est-ce qui caractérise le mieux, selon vous, la situation spécifique de Saint-Orens par rapport à l’agglomération toulousaine ?  

Christian Sempé : Nous sommes, en première couronne, en contact direct avec des quartiers en pleine évolution, comme Montaudran. La grande difficulté est d’assurer le désenclavement de l’ensemble de ce secteur, tant avec les transports en commun qu’avec les accès routiers. Pendant longtemps Saint-Orens est demeuré un village au milieu de la campagne. Nous bénéficions toujours, sur notre territoire, d’une forte présence des espaces naturels, tout en accueillant des activités économiques et commerciales qui représentent environ 3 500 emplois. Nous devons préserver cette dualité dans notre développement.

Immobilier Mode d’Emploi : Le grand projet, en matière d’urbanisme, concerne l’aménagement de la ZAC de Tucard. Ou en êtes-vous à ce sujet ?   

Christian Sempé : Pour mémoire je veux rappeler que la ZAC de Tucard représente la construction de 1 350 logements sur 36 hectares, avec 11 000 m2 réservés à des activités tertiaires, il s’agit donc d’un projet considérable dont la mise en œuvre se poursuivra jusqu’en 2017. Nous prévoyons la construction d’un habitat mixte qui associe des collectifs, des maisons de ville et des pavillons individuels. Le tout dans une démarche privilégiant la dimension environnementale du projet. Plus de 6 hectares doivent être par exemple réservés à des espaces verts. L’aménagement de la zone a été confié à la SETOMIP. La commercialisation va démarrer dés le début 2009. Malgré la conjoncture nous ne sommes pas trop inquiets, même si la situation actuelle risque d’avoir un impact, de ralentir le rythme de commercialisation. Bien entendu le problème essentiel demeure le pouvoir d’achat de nos concitoyens et la capacité à se faire financer un projet immobilier. Mais de toute manière ce n’est pas une raison pour rester immobile. Il existe un besoin réel de logements a proximité immédiate de la ville centre.
Et le lancement d’opérations publiques d’aménagement de ce type demeure la meilleure façon de lutter contre l’étalement urbain, de maîtriser le développement de la métropole.

Immobilier Mode d’Emploi : A part la zone de Tucard, disposez-vous sur la commune d’un potentiel foncière justifiant le lancement d’autres opérations ?    

Christian Sempé : Il reste quelques terrains, mais rien qui permette par exemple en l’état de lancer une opération d’envergure, par exemple face à la gendarmerie ou Monné-Decrois réalise une opération. On peut estimer a environ 150 logements les constructions neuves actuellement en cours sur la commune. Mais les interventions publiques, en matière d’aménagement, sont nécessaire pour éviter la spéculation sur le foncier. Appuyer la politique de maîtrise foncière des communes est justement le rôle de l’établissement public foncier local dont j’assume la présidence et qui doit voir ses capacités renforcées dans la cadre du passage en communauté urbaine.

Immobilier Mode d’Emploi : Vous évoquiez la question des déplacements et des transports. Quels sont les projets dans ce domaine ?   

Christian Sempé : La création d’un TCSP (transport en commun en site propre), le long de la route de Revel, représente une première solution à court terme. A plus long terme la possibilité de créer une ligne de tramway peut être envisagée, soit dans le cadre du prolongement de l’actuelle ligne E, qui traverserait alors Toulouse en venant de Blagnac, soit dans la création d’une nouvelle ligne qui passerait le long du canal, par l’avenue Saint-Exupéry, à Toulouse, et irait jusqu’au lycée de Saint-Orens. Des réflexions sont menées dans ce sens. Mais bien sur ce projet dépendra de la capacité de financement des collectivités membres du SMTC.

")