Enquêtes

Ville de Pau

Mercredi 9 septembre 2009

Pau, du centre à la périphérie, la reconquête de l’espace urbain

 

Requalifier les espaces publics, reconstruire la ville sur la ville en utilisant le foncier disponible sur les friches industrielles et militaires, deux axes d’un projet urbain qui privilégie la mixité des opérations et la mise en valeur du patrimoine bâti et naturel.

 

 

L’aménagement du futur parc urbain Porte des Gaves est désormais entré en phase pré-opérationnelle. Porté par la communauté d’agglomération Pau-Pyrénées, le projet, qui implique la restructuration d’un vaste secteur d’une soixantaine d’hectares, autour de la gare et au sud de celle-ci, à la jonction des communes de Pau, Gélos, Bizanos et Mazères-Lezons, est appelé à terme à transformer sensiblement le visage tourné vers les Pyrénées de la capitale du Béarn. « Nous avons fait appel à une assistance à maîtrise d’ouvrage. Une étude de définition est désormais en cours qui permettra de préciser exactement le contenu du projet architectural, environnemental et économique » indique Bernard Laclau-Lacrouts, adjoint au maire chargé de l’urbanisme.
« Il s’agit de créer un véritable nouveau quartier qui intègrera les aménagements sportifs et ludiques du Stade d’Eaux Vives, inauguré l’année dernière, et la mise en valeur des rives du gave… ».


Un projet urbain global

Le projet des Portes du Gaves représente de fait une véritable reconquête de terrains intégrant une partie du domaine ferroviaire, avec une ancienne gare de triage, ainsi qu’une friche industrielle. Un projet à long terme, encore en cours d’étude donc, qui intègrera nécessairement des programmes immobiliers, mais aussi des équipements publics, des surfaces commerciales, des bureaux et des activités de service. Déjà utilisé pour les compétitions de canoë-kayak, le Stade d’Eaux Vives représente ainsi l’un des premiers éléments de cette vaste opération. Mais d’ores et déjà d’autres équipements doivent prochainement sortir de terre, à commencer par le PILPA (pôle intercommunal de lecture publique et d’archives), qui va prendre place dans une ancienne usine de tramways désaffectée, près de la gare. Des équipements, comme la médiathèque, autre exemple, dont les travaux viennent de débuter, qui participent d’une stratégie globale de l’actuelle municipalité dans le cadre de la mise à l’œuvre d’un projet urbain reposant simultanément sur la mise en valeur du centre et des grands sites de Pau, sur la revitalisation de l’habitat à travers une OPAH renouvellement urbain, et la reconquête, ou l’aménagement, d’espaces susceptible de faire l’objet d’une urbanisation dans le respect des principes du développement durable.
 
Requalification des espaces publics
 
La valorisation des espaces publics, dans ce projet, joue un rôle de tout premier ordre. A côté des promenades historiques, telles le boulevard des Pyrénées, les allées de Morlaas, ou la promenade de la place de Verdun, huit places remarquables doivent faire l’objet d’une action de revalorisation. Sont ainsi concernées la place Saint-Louis de Gonzague, la place du Musée, la place Reine Marguerite, le square Aragon, la place des 7 cantons, la place des Cordeliers, la place Gramont et la place Royale. Une requalification qui ne peut manquer de valoriser également les logements situés dans le périmètre de ces places. Mais au delà de celles-ci, c’est l’ensemble des espaces publics qui est concerné par cette démarche. «Les actions de requalification peuvent devenir le pivot de véritables opérations d’urbanisme » souligne ainsi Bernard Laclau-Lacrouts. «L’installation de l’ESAAC, Ecole supérieure des arts appliqués et de la communication, derrière la médiathèque, en témoigne. Le réaménagement de la place de la République, avec un grand parvis entre la médiathèque et le marché couvert, va de pair avec une opération de restructuration complète des halles. Le chantier devrait durer pratiquement cinq ans ».

")