Enquêtes

Ville de Dax

Mercredi 9 septembre 2009

Dax, un urbanisme maîtrisé pour une politique du logement adaptée

 

Reconquête du centre ville, aménagement du quartier de la gare, pôle technique et habitat… Les grands projets aujourd’hui lancés par la ville ou la communauté d’agglomération témoignent d’une double volonté de cohérence et d’efficacité. La capitale du sud des Landes prépare avec conviction l’arrivée du TGV.

 

Première ville thermale française avec plus de 60 000 curistes par an, pour une population d’environ 21 000 habitants, et de 55 000 pour l’ensemble de son agglomération, Dax doit aujourd’hui relever un ensemble de défis majeurs.
« Nous devons intervenir sur plusieurs fronts » déclare ainsi Elisabeth Bonjean, maire adjointe chargée de l’habitat et de la politique sociale. « Nous travaillons à la mise en place d’une politique d’urbanisme et de maîtrise foncière cohérente, avec la mise en valeur de notre patrimoine tout en répondant à des besoins importants en matière de logements. Les programmes immobiliers ont trop souvent été réalisés de manière anarchique, avec des produits d’investissement locatif qui répondent mal à la réalité de la demande ».
En matière de logement, Dax souffre en effet de plusieurs points faibles. Alors qu’il s’agit de la ville d’Aquitaine qui a le plus fort taux de personnes âgées, themalisme aidant, elle accueille par ailleurs une proportion non négligeable de jeunes salariés, qui travaillent parfois sur le
littoral ou dans l’agglomération bayonne-anglet-biarritz, ou de jeunes couple avec enfants qui ne peuvent trouver à se loger sur le territoire de la ville.
« L’enjeu est double, nous devons requalifier et développer le parc de logements sociaux, 800 dossiers sont aujourd’hui en attente, revaloriser les logements anciens, et mettre en œuvre des opérations d’aménagement qui puisse permettre de développer une offre adaptée dans un esprit de mixité » précise Elisabeth Bonjean.
« Mais nous sommes confrontés à une contrainte importante. Dax intègre une grande zone classée PPRI (plan de prévention des risques d’inondation. Moins de 10% du territoire de la commune sont susceptibles d’une urbanisation ».


Développer une offre adaptée

Plusieurs opérations ont cependant  été lancées qui témoignent de cette volonté de développement. L’opération «Cœur de ville» doit permettre, dans le cadre d’un marché de définition, de redonner son attractivité au centre historique ainsi qu’au quartier du Sablar, sur la rive droite de l’Adour. Le projet, qui porte simultanément sur l’habitat, les espaces publics, les déplacements, les infrastructures, permettra d’améliorer la qualité de vie et de faciliter les relations entre les deux rives du fleuve. Les travaux de réaménagement de l’avenue Saint-Vincent de Paul,  viennent ainsi de commencer et devraient s’achever à la fin du premier semestre 2010. Ce chantier d’envergure permettra un meilleur partage de l’espace public entre les diverses fonctions, commerces, habitat, activités économiques, en favorisant les déplacements doux et les transports en commun. En parallèle de cette action une OPAH renouvellement urbain intercommunale, la seule en France de ce genre, mais située en grande majorité sur le territoire de la ville centre, doit contribuer à remettre sur le marché, après rénovation, des logements parfois vacants. En matière de programmes neufs, le groupe Aldaï réalise actuellement une opération d’environ 300 logements, le Parc des Baignots. Par contre une opération représentant plus de 200 logements lancée par le groupe Piera sur le site d’un ancien collège, en centre ville, est actuellement gelée du fait des difficultés que connaît ce groupe.
 
Un campus technologique

Mais le projet majeur, porté par la communauté d’agglomération du Grand Dax, concerne l’aménagement du quartier de la gare, avec une ZAC créée pour la circonstance. Une opération d’envergure qui vise à restructurer un large pan de la ville, avec un impact évident sur les quartiers avoisinants, et prépare la création de la gare TGV dans la perspective de l’arrivée de la grande vitesse. D’autres projets sont également en préparation, tels un pôle technique et d’habitat sur les terrains Darrigade, véritable « campus technologique » réalisé sous maîtrise d’ouvrage d’un syndicat mixte réunissant . 14 hectares qui doivent accueillir logements sociaux et programmes privés, des entreprises de haute-technologie et divers équipements publics. Enfin un petit éco-quartier est en préparation sur les 2,5 hectares du site de la «Ferme du Mousse » avec des programmes de logements, en collectif ou individuel groupé, qui seront confiés, toujours dans un esprit de mixité, à des organismes de HLM ou des opérateurs privés.

")