Enquêtes

Ville de Bayonne

Mercredi 9 septembre 2009

Bayonne, Un projet d’ensemble pour un aménagement urbain ambitieux

 

De la requalification du quartier d’habitat social des Hauts-de-Sainte-Croix à l’aménagement d’un éco-quartier sur la ZAC du Séqué, en passant par le projet de la Tête de Pont sur les rives de l’Adour, la deuxième ville des Pyrénées-Atlantiques s’inscrit dans une démarche d’aménagement maîtrisée et ambitieuse.

 

D’ici la fin de l’année l’étude de programmation pour l’aménagement du secteur de la « Tête de pont », au débouché du pont Henri-Grenet, sur la rive gauche de l’Adour devrait être proposée à la communauté d’agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz, maître d’ouvrage de l’opération. Confié au groupe Kaufman & Broad, l’aménagement de cet important îlot urbain, sur d’anciens sites industriels, devrait permettre à terme, sur plus de 4 hectares, la construction de plusieurs centaines de logements, ainsi que des surfaces commerciales, des bureaux et divers équipements. Un projet qui marque la volonté de la ville de reconquérir les rives de l’Adour en réalisant un véritable nouveau quartier à deux pas du centre-ville et en relation avec les allées Marines.
 
Requalification urbaine

Cet aménagement répond avant tout à la nécessité de renforcer l’offre de logements pour répondre à un afflux conséquent de population entre Nive et Adour en valorisant le foncier disponible. Mais il s’inscrit aussi dans un projet urbain visant plus largement à requalifier dans son ensemble le cadre bâti de la cité basque. L’opération emblématique de cette volonté demeure l’opération de requalification urbaine des Hauts-de Sainte-Croix, au nord de la ville. Réalisée avec le soutien de l’ANRU (Agence nationale de rénovation urbaine), l’ensemble de l’opération, qui devrait d’échelonner jusqu’à l’horizon 2012, concerne un programme de réhabilitation de quelque 2 000 logements, en grande majorité des logements sociaux, appuyé sur des démolitions-reconstructions, mais aussi la mise en valeur d’immeubles présentant un intérêt spécifique tels la barre HLM conçue par l’architecte américain Marcel Breuer, l’un des père du modernisme, formé à l’école du Bauhaus.

Une nouvelle attractivité pour le quartier

80 millions d’euros seront consacrés au total à la requalification des Hauts-de-Sainte-Croix, qui implique la réalisation de plusieurs centaines de logement neufs, avec des programmes d’accession sociale à la propriété, la création de commerces en pied d’immeubles, un nouveau plan de circulation, l’aménagement des espaces publics, mais aussi la construction de plusieurs équipements qui pourront donner une nouvelle attractivité au quartier. Il en est ainsi de la construction d’un centre aquatique de 2 500 m2, dans le cadre d’une démarche HQE,  avec un espace sportif et ludique et un bassin permettant d’accueillir des compétitions internationales, ainsi que d’une nouvelle salle festive.
Sur le plateau d’Arrousets, la ZAC du même nom, également réalisée sous maîtrise d’ouvrage de la communauté d’agglomération s’inscrit dans une volonté de diversité avec la construction de pavillons individuels, de petits collectifs et de maisons groupées, représentant entre 300 et 350 logements, dans l’objectif de créer ici un véritable petite quartier disposant de tous les services.
 
Un site naturel remarquable
 
Mais l’opération publique d’aménagement la plus originale concerne certainement la ZAC du Séqué. Situé sur la rive droite de l’Adour, à cinq kilomètres du centre-ville, la ZAC du Séqué représente sur plus de 14 hectares la création d’un véritable éco-quartier. Confié à la Société d’équipement des Pays de l’Adour, l’aménagement du Séqué est issu d’une démarche développée par l’ADEME : une AEU (approche environnementale de l’urbanisme). Sont particulièrement prises en compte la production de logement à faible consommation d’énergie, moins de 30 kWh/m3 par an, la gestion de l’eau et la récupération des eaux pluviales, la gestion des déchets etc. Le respect du site et de son histoire se traduit par un paysage très arboré, avec la plantation d’un verger d’arbres fruitiers sur les espaces publics. L’impact de la voiture sera également minimisé avec une priorité donnée aux transports en commun. « La ZAC du Séqué est un projet majeur. Le site naturel sélectionné est remarquable et la démarche de construction différente des approches classiques » assure François Gouffrant, adjoint au maire délégué à l’urbanisme règlementaire et opérationnel. L’âme du projet repose sur la qualité architecturale et environnementale avec un coût maîtrisé. Il s’agit d’un pari, d’une expérience que nous mènerons jusqu’au bout ». 6 00 logements, répartis sur neuf îlots, sont prévus sur le site, avec 31% de logements locatifs sociaux, 50% en accession ou locatif libre et 19% de logements à coût maîtrisé, avec un prix compris entre 2 300 euros et 2 500 euros le m2. La livraison des logements devrait intervenir à la fin 2011.

")