Enquêtes

Ville de Balma

Mardi 3 novembre 2009

 

Balma, une stratégie d’urbanisation maîtrisée

 

Avec la ZAC Gramont en cours de lancement, Balma représente désormais un nouveau pôle de développement à l’est de l’agglomération. Une démarche appuyée sur une politique de maîtrise foncière économe de l’espace disponible. Avec la volonté de réaliser des programmes de logements accessibles à tous.

 

A l’entrée ouest de Toulouse, Balma bénéficie en première couronne, de son immédiate proximité avec la ville centre. Tout en bénéficiant, en terme d’espace disponible, d’un potentiel particulièrement conséquent. «Nous sommes la seule ville de la première couronne à conserver une capacité de développement aussi importante » souligne Thérèse Pichon, adjointe au maire chargée de l’urbanisme. «Seulement 50% de notre territoire sont aujourd’hui urbanisés. Ce qui nous donne une responsabilité particulière. Il est essentiel de bien maîtriser notre développement futur ». Avec 13 000 habitants, la commune a bénéficié jusqu’à présent d’une croissance régulière et modérée. Et la politique de la municipalité d’Alain Fillola, par ailleurs vice-président de la communauté urbaine du Grand Toulouse, s’inscrit dans la volonté de répondre à la demande et d’accueillir de nouveaux habitants dans le cadre d’un aménagement équilibré et bien structuré.


Un éco-quartier à l’entrée de la ville

Une stratégie dont témoignent aujourd’hui les opérations publiques d’aménagement en cours ou en projet. Confié à un aménageur privé, en l’occurrence le groupe Nexity, la réalisation de la ZAC du Cyprié, à l’est de la commune, est aujourd’hui en grande partie effective. 450 logements doivent être réalisés sur le site, en maisons individuelles, maisons de ville, semi-individuels groupés et petits immeubles collectifs, dont 25% sont constitués de logements locatifs aidés, selon un principe de mixité qui prévaut dans toutes les opérations d’aménagement. Une première tranche de 250 logements est achevée et la deuxième tranche est en cours. Un ensemble d’équipements publics, crêche, halte-garderie et maison de quartier, doit également voir prochainement le jour.
Mais l’opération majeure, actuellement en cours de lancement opérationnel et de commercialisation, concerne la ZAC Balma-Gramont. Sur près de 110 hectares, dont une petite partie sur la commune voisine de l’Union, cette ZAC, dont l’aménagement a été confié à la SETOMIP, doit permettre de développer un véritable nouveau pan de ville, destiné à l’habitat, avec quelque 1 300 logements en perspective, mais aussi aux activités  économiques avec environ 220 000 m2 de locaux tertiaires. Un espace composé de quatre quartiers avec chacun une vocation spécifique. L’éco-quartier du Vidailhan sera le premier à sortir de terre en 2011 et 2012.
Il permettra de créer un véritable trait d’union entre la zone d’activité de Prat-Gimont et le futur campus tertiaire situé au nord, à mi-chemin entre la station de tête du métro et le centre ville. Avec une attention particulière attaché à l’environnement, et aux déplacements doux, le quartier du Vidailhan sera composé de plusieurs îlots rassemblant habitations et petits immeubles de bureaux autour d’un vaste parc de 2 hectares. Une attention particulière sera portée à la qualité architecturale, mais aussi, Alain Fillola insiste sur ce point, au prix des logements qui devrait rester inférieur à 2 800 euros le m2, avec 25% de logements locatifs sociaux et 5% destinés à l’accession sociale à la propriété.

 

Revitaliser le centre ancien

Le campus tertiaire de la Garrigue, dédié aux activités tertiaires, constituera un ensemble cohérent autour du parc du même nom. Le secteur Montredon – la Tuilerie, intègrera activités artisanales et commerciales complémentaires des commerces déjà existants. La colline de Thégra, dominant la commune, offrira un cadre naturel remarquable à la construction de programmes de bureaux et d’habitat associant également logements individuels et petits collectifs dans un contexte paysager très végétalisé.  La ZAC Balma-Gramont s’inscrit dans le prolongement d’une entrée de ville largement équipée, autour de la tête de la ligne A du métro, en surfaces commerciales, mais aussi en locaux d’activités tertiaires. Le vaste ensemble de bureaux «Héliopole » réalisé sous maîtrise d’ouvrage de la Banque Populaire, et à proximité du siège de celle-ci doit conforter la vocation du secteur. «A la lisière de la ZAC ce programme contribue dans une certaine mesure à lancer la dynamique de celle-ci » estime Thérèse Pichon.
Mais à côté de projets qui impliquent une extension du tissu urbain, le centre ancien n’est pas oublié. « Il est important de faire en sorte que Balma puisse conserver, ou renforcer son unité. Le cœur de ville, dans cette perspective, doit également faire l’objet d’un vaste programme d’aménagement qui a fait l’objet d’une étude approfondie et d’une consultation auprès de la population ». Un projet qui implique la restructuration des espaces publics, la mise en valeur du bâti ancien, la revitalisation des commerces, la création de locaux destinés aux associations ou la réaménagement de la médiathèque.

")