Enquêtes

Ville d'Anglet

Mercredi 9 septembre 2009

Anglet, développer les capacités d’accueil en structurant le développement urbain

 

Eviter l’étalement urbain pour une ville éclatée en plusieurs quartiers avec une forte dominante pavillonnaire.
Un des objectifs prioritaires de la révision du PLU, avec la construction de logements accessibles aussi bien pour les jeunes ménages que pour les personnes ne disposant pas de revenus importants.

 

Dès le printemps prochain, après le choix d’une équipe d’urbanistes dans le cadre d’un marché de définition, le projet d’aménagement du quartier du Maharin devrait être lancé. A proximité de la zone verte de la forêt du Pignada, sur 9,5 hactares, c’est un véritable éco-quartier qui va ici voir le jour. Entre 300 et 400 logements sont prévus, selon un principe de mixité, logements locatifs sociaux, en accession à la propriété et sur le marché libre, ainsi que des équipements publics et des commerces de proximité. Le tout selon les exigences de la haute qualité environnementale, avec des bâtiments basse consommation, l’utilisation des énergies renouvelables, des systèmes de récupération de l’eau de pluie, des circulations douces etc. « En bref, nous voulons réaliser ici une opération exemplaire sur le plan environnemental, qui repose sur l’ensemble des piliers du développement durable » déclare Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire chargé du développement urbain.


Un éco quartier au Maharin

L’aménagement du quartier du Maharin s’inscrit, pour Anglet, dans une double nécessité. Répondre aux besoins, en matière de logements, liée à une croissance démographique continue et structurer un ensemble urbain caractérisé par une absence de véritable centralité et un étalement très consommateur de foncier. Des préoccupations à la base de la révision du PLU qui vient d’être lancée. « Notre population augmente et pourtant nous avons perdu 20% des effectifs scolaires en dix ans » souligne Jean-Pierre Voisin. « Les jeunes ménages et les familles aux revenus modestes ou simplement moyens sont chassés de la commune par le coût du foncier. Nous devons absolument inverser cette tendance. Le deuxième priorité concerne l’identité des hameaux qui constituent les divers quartiers de la ville. Il s’agit d’un défi difficile à relever mais pas impossible. Nous voulons faire d’Anglet une ville durable, avec une densité plus forte dans certains secteurs, tout en en préservant d’autres ». Mais question, insiste le maire-adjoint de créer pour autant des ghettos. Dans cette volonté de favoriser la mixité 30% minimum de logements sociaux sont ainsi prévus dans toute nouvelle opération.

Le quartier du Maharin n’est pas la seule opération programmée dans un proche avenir ou déjà en cours de réalisation. Ainsi le chantier de la ZAC de la Housquette est aujourd’hui bien engagée et les livraisons devraient intervenir courant 2010. à côté de plus de 5 000 m2 d’activités tertiaires et de 2 000 m2 de surfaces commerciales, plus de 5 000 m2 de logements doivent être réalisés. A côté de logements sociaux, production de l’office public départemental de HLM, le promoteur Aldaï construit par exemple environ 150 logements. Hors de la ZAC mais à proximité immédiate de celle-ci sur le site de l’ancienne usine Baby Relax, trois programmes immobiliers sont également en cours de réalisation représentant quelque 500 logements, livrés en 2010 et 2011, à l’initiative de Aldaï, de Bouygues Immobilier et de la SAGEC.
  
Désenclaver l’entrée de l’agglomération

Reste à programmer d’autres opérations qui permettront d’ouvrir le rare foncier qui demeure disponible tout en organisant un développement urbain jusqu’à présent quelque peu anarchique. Il en est ainsi du quartier du Sutar, à la limite sud d’Anglet. Un problème particulièrement épineux explique Jean-Pierre Voisin. « Nous disposons là d’une réserve foncière exceptionnelle qui mérite un projet d’aménagement ambitieux. Mais il nous faut d’abord résoudre la question de l’enclavement d’un secteur qui est la seule voie d’accès au BAB depuis le pays basque intérieur, complètement saturée à l’entrée de l’agglomération ».
Non loin du centre de la commune, une trentaine d’hectares appartenant actuellement à une communauté religieuse pourraient d’autre part être à terme disponibles. Les propriétaires ont commandé une étude d’urbanisme pour voir quels aménagements seraient possibles dans la perspective d’une éventuelle inscription dans le futur PLU.
Dans un esprit différent, mais qui demeure essentiel pour le dynamisme économique d’Anglet et la diversification des aménagements, la zone des landes de Jusan, sous la maîtrise d’ouvrage de la communauté d’agglomération, devrait voir aux côtés de l’ISA, école d’ingénieur, d’un lycée et d’un CFA,  tous trois spécialisés dans le BTP, la création d’un lotissement destiné à l’accueil d’entreprises et d’activité tournées vers le recherche-développement et le transfert de technologies dans le domaine de l’éco-construction.

")