Enquêtes

Vergeze, Nous Realisons Des Logements Neufs Entre Nîmes et Montpellier

Mercredi 7 avril 2010

« Nous réalisons des logements neufs entre Nîmes et Montpellier »

 

 

René Balana, Maire de Vergèze et Vice-Président de la Communauté de Communes Rhony-Vistre-Vidourle

 

Immobilier Mode d’Emploi : Vous êtes la première commune du Gard à avoir délivré une subvention permettant à des jeunes ménages de se financer en Pass-Foncier®. Pourquoi ?

René Balana : Nous avons constaté une fuite involontaire des enfants du pays, notamment en raison des prix de l’immobilier et de la cherté du foncier. Il y a deux ans, nous avons entendu parlé du Pass-Foncier® et le Cil Unicil nous a sensibilisé à ce financement qui permet de réduire l’emprunt de 15 à 20 %. À l’occasion du lancement de la Zac Malacorade, ce sujet a été relancé et nous avons voté le principe de 10 Pass-Foncier® sur 2009 et 2010, pour un total de 40 000 e, pouvant se transformer en vingt Pass-Foncier® si l’Etat tient sa promesse de rembourser une partie de la subvention versée.

IME : Ces Pass-Foncier® sont utilisés dans le cadre de la Zac ?

René Balama : C’est effectivement le cas. Au cours des deux à trois ans restant avant que ne soit terminée la Zac, nous verrons la réalisation de petits collectifs ainsi que de pavillons jumelés. Si les quatre premiers Pass-Foncier® ont été octroyés sur du logement pavillonnaire, il pourrait en être différemment pour les suivants. L’une des conditions d’obtention est d’avoir une affiliation avec la commune.

IME : Outre cette subvention, quelle est votre politique en matière d’habitat ?

René Balama : Dès le début du mandat, nous avons mis sept parcelle à la vente au prix le plus faible possible. Cependant, la situation géographique de Vergèze et les contraintes environnementales réduisent les possibilités d’extension de la commune.
Pour autant, Vergèze enregistre une progression de sa population : nous sommes ainsi passés, entre 1970 et 2000, de 1 700 à 3 500 habitants et, en 2010, nous comptons 4 300 habitants. Grâce au fort cadencement du TER, de nombreux résidents travaillent à Nimes ou Montpellier.
Nous adaptons le parc de logements sociaux à cette croissance démographique : de 121 logements, nous en aurons atteint 170 lorsque la ZAC sera entièrement livrée et nous privilégions une mixité en répartissant ces logements sur l’ensemble de la commune. Nous envisageons également de faire réaliser une partie de logements en accession sociale via un bailleur social. Enfin, nous sommes largement équipés pour recevoir ces nouveaux arrivants : entre le complexe sportif, la salle spectacle polyvalente et les infrastructures scolaires, nous avons la capacité d’une ville de 20 000 habitants !

")