Enquêtes

Une urbanisation favorable aux grands équilibres de notre territoire

Mercredi 23 septembre 2015
Alain Serieys. Vice-président du SICOVAL chargé de l'aménagement de l'espace et de l'habitat présente la politique du SICOVAL, en matière de logement, et plus largement d'urbanisme .

Alain Serieys. Vice-président du SICOVAL chargé de l'aménagement de l'espace et de l'habitat : Une urbanisation favorable aux grands équilibres de notre territoire

La politique du SICOVAL, en matière de logement, et plus largement d'urbanisme, repose avant tout sur une action concertée de l'ensemble des 36 communes qui le composent. Nous devons en effet tenir compte de la volonté des nouveaux élus. C'est dans la concertation qu'à pu se construire l'édifice intercommunal qui donne aujourd'hui toute sa force à notre territoire, tant en termes économiques qu'au plan plus général de toutes les questions qui touchent à son aménagement. Ceci dit les orientations à venir doivent respecter les principes définis dans notre charte d'aménagement du territoire, qui prévoit notamment de réserver environ 60% de celui-ci à des zones naturelles ou agricoles, mais aussi les critères de notre PLH, qui a été prolongé d'un an, soit une production annuelle d'environ 1 000 nouveaux logements, dont au moins 25% de logements sociaux, pour faire face à notre croissance démographique d'une part, mais aussi pour favoriser avec des logements à des prix accessibles, et pas uniquement des logements sociaux, l'accueil des jeunes ménages.

L'autre élément à prendre en compte concerne logiquement les préconisations du SCOT qui définit les secteurs constructibles en priorité, relevant de la ville dense. Avec deux autres impératifs : rapprocher l'habitat de l'emploi, donc des zones d'activité, ainsi que des axes de transport. Concrètement cela concerne notamment les communes au contact direct de la métropole toulousaine, au nord, sans oublier un pôle d'équilibre, au sud, dans le secteur Baziège, Montgiscard, près de l'échangeur de l'autoroute A61. Au nord un autre secteur est appelé à se développer, dans le cadre du projet Innométro, le long de l'axe et au terminus du prolongement de la ligne B du métro. Toute polémique mise à part, il serait impensable que l'un des deux principaux bassins d'emploi de la région toulousaine ne soit pas desservi, dans des délais raisonnables, par un transport en commun rapide. Tous les acteurs économiques locaux sont mobilisés autour de ce projet. Tout est prêt pour un démarrage dès que nous aurons le feu vert de Tisséo...
 

")