Enquêtes

Sud-Ouest de Toulouse : croissance démographique et aménagements urbains

Lundi 18 décembre 2017
Clairement, le Sud de Toulouse plaît et attire de plus en plus. Or, loin d'être uniforme, ce territoire présente de grandes disparités qui nécessitent la maîtrise de l'espace et la mise en place d'opérations publiques d'aménagement.

Sud-Ouest toulousain, un territoire en devenir

 

Muretain et secteur Sud, une production contrôlée pour une population nouvelle

 

Désormais, le territoire du Muretain s’est complètement métamorphosé, non seulement en changeant de nom donc, mais aussi en s’élargissant, depuis le 1er janvier 2017, à de nouvelles communes, Frouzins, Seysses, Roques-sur-Garonne, Lamasquère, mais aussi Sabonnères, Bragayrac, Saint-Thomas, Saiguède, Empeaux ou encore Bonrepos-sur-Aussonnelle. Ainsi, le périmètre de cette communauté d’agglomération au sud de Toulouse comprend-t-elle maintenant 26 communes, soit dix de plus que l’an dernier, pour une population de 119 232 habitants« A 26 on est plus fort qu’à 16 ! », précise André Mandement, Président du Muretain Agglo. C’est dire que ce secteur ne présente pas d’homogénéité en termes d’habitat entre les territoires ruraux comme Labarthe-sur-Lèze et les communes urbanisées au contact de Toulouse comme Portet-sur-Garonne ou de Muret qui bénéficie d’un accès privilégié par l’A64 ou la N117, sans parler du réseau Tisséo (Lignes 58 et 117) ou encore du train qui n’est qu’à 20 mn de Toulouse.

Or, la population du Muretain ne cesse de croître naturellement et il est devenu l’un des territoires d’accueil stratégiques de la métropole toulousaine. Les communes ont donc rapidement pris conscience qu’il ne s’agissait pas seulement de s’ouvrir à une nouvelle population, mais qu’il convenait d’organiser, d’orienter et de maîtriser l’espace pour être en mesure d’accueillir la population nouvelle dans de bonnes conditions. Le lien entre la CA du Muretain et celle de Toulouse Métropole est une réalité : ainsi, 21 % des actifs travaillant sur le Muretain sont originaires du territoire toulousain, tout comme 61 % des nouveaux ménages.

Dans ce contexte, les orientations du PLH 2014-2019 se structurent autour de deux axes forts : la mobilisation de « grands fonciers » en vue d’opérations d’aménagement d’ensemble et la mobilisation, en parallèle, d’assises foncières ou immobilières diffuses mais ciblées, ce que l’on peut traduire, comme le souligne André Mandement, par la nécessité de «répondre à cette demande tout en maintenant la qualité de vie, le bien vivre sur l’ensemble de notre territoire ». L’objectif est de consacrer 40 % de la production globale à du logement locatif social et 10 % à de l’accession sociale à la propriété à coût abordable, notamment avec du PSLA. Le PLH a retenu une production annuelle de 600 logements (opérations neuves ou associées à la recomposition du tissu urbain existant), soit environ 3 600 logements sur la période.

Parmi les projets d’aménagement d’ensemble, figurent la Zac Bordes Blanches, sur les communes de Roquettes et Pinsaguel, avec un potentiel de logements à réaliser, estimé à 280 sur Pinsaguel et 200 sur Roquettes.

À Portet-sur-Garonne, la Zac mixte Ferrié-Palarin est un projet qui pourrait porter à terme jusqu’à 2 000 logements, dont 30 % dédiés au secteur social.

À Muret, l’élaboration du projet Muret 2025 se poursuit, comme par exemple avec l’aménagement des Portes des Pyrénées, où AFC promotion a acquis 3,5 ha et réaliser, dans une première phase, une soixantaine de logements, mais aussi des logements de services, des commerces, pour une livraison en septembre 2019 avant qu’une deuxième phase ne voit la réalisation de bureaux, d’une résidence hôtelière ainsi que d’un parking silo.

Le renouvellement urbain est aussi à l’honneur, avec la démolition/reconstruction en trois phases de 156 logements dans le quartier Gasc-Moisand, avenue Jacques Douzan, par l’opérateur historique Promologis.

 

A l’Ouest et à l’Est, un Sud aménagé

 

À l’ouest et à l’est de la Communauté d’agglomération du Muretain, deux communes attirent l’attention, celle de Villeneuve-Tolosane et Saint-Orens de Gameville, toutes deux portant des projets d’aménagement, synonymes d’une offre de logements, dont une part à prix maîtrisés.

À 12 km au Sud de Toulouse, Villeneuve-Tolosane, le territoire, entre la basse plaine de la Garonne et la basse terrasse alluviale, comprend un peu plus de 8 000 habitants. C’est sur cette commune qu’Oppidea aménage la Zac Las Fonsès, un écoquartier qui se situe dans le secteur de la Plaine, en entrée de ville, à l’interface entre le centreville et la zone de loisirs et de nature du Bois Vieux. Ici, sur 13 ha, la totalité des logements, qu’ils soient à prix maîtrisés, qu’il s’agisse de maisons individuelles ou de petits collectifs, sont équipés d’espaces privatifs, terrasses ou jardins « intimes ».

Au total, 569 logements sont prévus et 125 sont en cours de commercialisation, dont « Résidence Naturalia », 29 logements en copromotion entre le Groupe Carrere et Gotham, pour une livraison en 2018.De son côté le groupe Les Chalets livrera au 3ème trimestre 2019, la 1ère tranche du programme mixte, comportant 123 logements, et baptisé « Côté Jardin ». On y trouve notamment 93 logements locatifs, 40 chalets seniors ou encore 30 logements en location-accession, c’est-à-dire en PSLA. LP Promotion figure parmi les acteurs présents sur cette Zac avec « Esprit Riviera », 70 logements qui devraient être livrés courant 2018, à proximité de commerces, d’un arrêt de bus, d’une crèche et d’un collège.

De l’autre côté Sud-Est, cette fois-ci, la Zac Tucard, sise à Saint-Orens de Gameville, qui, comme Villeneuve-Tolosane, fait partie de Toulouse Métropole, affiche une population d’environ 11 000 habitants, soit 1,5 % de la population métropolitaine.

Comme les autres communes de la métropole, ce territoire est intégré dans le SCOT qui prévoit entre une production annuelle de 6 200 à 7 500 logements pour répondre à la forte croissance démographique qui ne fléchit pas. Le PLH 2014-2019 prévoit la réalisation de 220 logements par an. Celle-ci est en partie réalisée sur la Zac Tucard, articulée en trois quartiers pour réaliser 1 375 logements à terme : Les Mûriers, 213 logements proches de la mairie, Les Jardins de Tucard, 313 logements, en liaison avec le Parc cet l’Orée du Bois, 849 logements, à proximité immédiate du lycée, en attente du futur transport en commun en site propre. Si la plupart des opérations des Jardins de Tucard sont livrés fin 2017, comme « Patio Orensia » de LP promotion, avec 86 logements, d’autres opérations sont en cours de préparation pour une livraison en 2019/2020, sur la partie concernant le quartier de l’Orée du Bois, comme deux programmes, l’un de Promologis (80 logements) et l’autre de Promomidi en copromotion avec Crédit Agricole Immobilier, qui devrait concerner 82 logements.

Découvrez les autres enquêtes de Toulouse et son agglomération, en téléchargeant GRATUITEMENT la nouvelle édition de J'achète mon 1er logement neuf : ici.

EnregistrerEnregistrer

")