Enquêtes

Sud-Est de Toulouse : entre nature et innovation

Lundi 4 décembre 2017
Au Sud-Est de la métropole, l'agglomération du Sicoval – 36 communes - est constituée de deux centres de plus de 10 000 habitants (Ramonville-Saint-Agne et Castanet-Tolosan) mais aussi de villages comptant à peine une centaine d'habitants. Tout en préservant 66 % de son territoire, protégé durablement par une Charte d'aménagement, le territoire du Sicoval est synonyme d'innovation économique et technologique avec la présence de filières d'excellence (TIC, biotechnologies et santé, agrobiosciences, aéronautique, satellites et applications) et d'une production de logements finement adaptée.

Territoire SICOVAL : une offre de logements pour tous

 

Peu ou prou, le Sicoval se situe dans le sillon du dynamisme démographique de l’aire urbaine de Toulouse, même si l’apport de population s’est essentiellement concentré sur les communes du Nord du territoire, là où l’offre de transports, services et activités est la plus importante, comme à Labège, Ramonville, Auzeville, Castanet, Pechabou ou Escalquens.

Ce que l’on nomme la Ville Intense Nord représente 56 % de la population du Sicoval tandis que certaines constatent un recul démographique qui devrait être en partie enrayé par des opérations d’aménagement liées à l’habitat. L’une des forces de cette intercommunalité repose sur Enova (anciennement Labège Innopole), zone d’activités et commerciale, qui représente aujourd’hui, sur près de 300 hectares, pour un total de 8 000 entreprises sur 36 communes, pour 17 000 emplois à elle seule. Pour autant, la part de la population des 30-44 ans est en recul ainsi que celle des couples avec enfant, tandis que la population de retraités est en forte hausse. La question du logement demeure donc, à divers niveaux, une question majeure. Ainsi, pour modifier la structure du parc de logements, la production est-elle orientée depuis une décennie, avec un renforcement de la part du collectif et du locatif social.

 

Maîtrise de l’urbanisation

 

Si la charte d’aménagement du territoire qui prévoit de réserver plus de 60% aux espaces naturels, ou dédiés à des activités agricoles, implique une stricte maîtrise de l’urbanisation et de la construction, il reste nécessaire d’orienter une offre résidentielle susceptible de répondre, de manière rationnelle, à la demande.

Ainsi le PLH 2017-2022, fixe un objectif de 1 000 logements autorisés en moyenne par an, soit un potentiel de 6 000 logements sur six ans. Dans ce contexte, 80 % des logements seront construits en Ville Intense Nord et sud tandis que le solde sera réalisé dans les communes « à développement mesuré ».

La Ville Intense Nord prévoit de produire 4 300 nouveaux logements pendant la période du PLH, notamment grâce à l’amélioration de la desserte avec le projet de 3ème ligne de métro et le prolongement de la ligne B jusqu’à l’INPT, à Labège. En effet, le 5 juillet dernier, un accord financier a été trouvé pour permettre, au cours de la prochaine décennie, la desserte de Labège par la future ligne de métro Toulouse Aerospace Express (TAE) et de Ramonville-Saint-Agne par sa connexion à la ligne B.

Comme le souligne Jacques Oberti, Président du Sicoval, « la mobilité n’est pas un confort, elle est une exigence pour notre avenir : l’arrivée du métro à Labège améliorera la qualité de vie quotidienne de tous les habitants et favorisera le développement de l’aire métropolitaine toute entière ». Quant au délai de réalisation, Jacques Oberti est nuancé : « Les deux dossiers (3ème ligne et connexion ligne B) sont associés pour une plus grande crédibilité mais leur complexité n’est pas la même », rappelant la date de 2024 comme calendrier « final » pour la 3ème ligne.

La Ville Intense Sud n’est pas de reste puisque le PLH prévoit que les trois communes concernées devront produire au total 600 logements. Pour réduire la consommation foncière, la démarche Bimby est intégré dans le PLH. Après une première expérience sur la commune de Vigoulet-Auzil (mais aussi une réflexion à Bazièges et Escalquens), le Sicoval souhaite étendre d’ici début 2018 la démarche Bimby sur au moins 3 communes de son territoire. Il s’agit d’une densification en douceur qui repose sur le concept d’intensification des zones pavillonnaires avec le redécoupage des parcelles bâties.

L’une des autres priorités du PLH repose sur la mixité de logements, et dans ce domaine, l’accession sociale représente avec un minimum de 20 % de la production pour permettre d’accueillir une population d’actifs et de primo-accédants.

 

 

Les opérations immobilières en cours

 

Avec Maragon-Floralies, sur les coteaux dominant le centre-ville de Ramonville-Saint-Agne, cette opération au long cours, concerne tout d’abord une opération de démolition reconstruction, confiée au groupe des Chalets, d’une copropriété dégradée, les Floralies, avec la réalisation de 311 logements, dont 140 logements en accession sociale à la propriété, avec un programme d’habitat participatif appuyé sur la première SCI APP (société civile immobilière accession progressive à la propriété) créée au niveau national avec le programme « Choris ». Plus de 10 ans après le démarrage du projet d’aménagement urbain Maragon Floralies de Ramonville Saint-Agne, l’écoquartier est dans sa phase 2 avec 130 logements, qui correspond à la démolition de la première partie de la copropriété des Floralies, en aval de la rue Victor Hugo.

Parmi ces logements, qui seront livrés à partir du 1er trimestre 2019, 25 sont en PSLA et 64 logements en accession libre. Green City, très présent à Ramonville Saint-Agne, propose des logements à prix maîtrisés dans deux opérations, « Balcon de Maragon », rue Marie-Thérèse Eyquiem et « Jardins D’Hortense », rue Victor Hugo.

À Castanet-Tolosan, c’est un écoquartier qui va voir le jour sous forme d’une Zac , avec, à terme, la création de 1 500 à 2 000 logements dans un esprit de mixité (avec services et commerces mais aussi avec des destinations différentes), qui devrait représenter à terme une augmentation de 30% du parc de logements communal.

Sur la commune, Saint-Agne Promotion va livrer, au 4ème trimestre 2018, la résidence « Parc Tolosan », 34 appartement du 2 au 5-pièces. À proximité de l’agglomération du Sicoval, Saint-Orens de Gameville, entre Labège et Lauzerville, la Zac est déjà bien avancée, avec de nombreuses livraisons en fin d’année, avec par exemple pour les Jardins de Tucard les opérations de LP promotion avec « Patio Orensia » ou Les Chalets avec « Le Pastel ». Avec la phase de L’Orée du bois, deux projets, l’un de Promologis et l’autre associant Promologis avec Crédit Agricole Immobilier, seront livrés entre 2019 et 2020.

 

 

Découvrez les autres enquêtes de Toulouse et son agglomération, en téléchargeant GRATUITEMENT la nouvelle édition de J'achète mon 1er logement neuf : ici.

")