Enquêtes

Saint-Cyprien

Lundi 14 mars 2011

Saint-Cyprien « Préserver l’environnement et répondre aux besoins en logements »

 

 

Thierry Del Poso, Maire de Saint-Cyprien

 

 

Immobilier Mode d'Emploi : L’absence de Plan Local d’Urbanisme est-elle un handicap pour votre commune ? 

Thierry Del Poso : Normalement, le PLU aurait du être adopté depuis 2001 mais rien ne s’est passé jusqu’en 2008. Quand les élections ont eu lieu en septembre 2009, il a fallu prendre la mesure de la commune. Fin 2010, c’est le cabinet d’études Info-Concept, implanté à Perpignan, qui s’est vu confier une mission sur 24 mois, qui passera par une phase de diagnostic et de concertation avec l’ensemble des acteurs locaux. Le PADD devrait être achevé à l’été 2011, un document complet incluant les zonages et le règlement du PLU est prévu pour début 2012 et, après l’enquête publique, le PLU devrait définitivement être approuvé au dernier trimestre 2012, sachant que la concertation est le fil rouge  de ce calendrier. Sans PLU, nous avons du naviguer à vue pendant des années. Or, nous constatons que Saint-Cyprien, 10 100 habitants permanents, manque de logements à l’année. La croissance démographique de la commune  est forte et, au cours des dix dernières années, de nombreux lotissements se sont implantés sur le territoire. Cependant,  sans PLU, nous nous retrouvons dans une phase d’immobilisme quasi totale alors qu’il convient de préparer l’évolution urbaine des 15 à 20 prochaines années.

Immobilier Mode d'Emploi : Quelles sont les orientations affichées ? 

Thierry Del Poso : Il s’agit de préserver la qualité de l’environnement dans une station balnéaire familiale et de qualité mais aussi de susciter un développement économique qui passe par une maîtrise de l’urbanisme. Notre fil rouge est la préservation de l’environnement, comme c’est le cas pour préserver le littoral de l’urbanisation mais aussi le trait de côte des coups de mer.
Nous avons confié une étude sur le renforcement ou la modification des épis et des enrochements et sur la mise en place de brise-lames au large. Nous avons une démarche qualifiée d’approche environnementale de l’urbanisme (AEU) qui prend en compte l’environnement et l’impact du projet sur les composants de l’environnement. Nous envisageons ainsi de réaliser un projet communal sur le site de l’ancien camping des Muriers, un quartier à consonance environnementale avec un traitement des déplacements, de l’eau, l’installation de panneaux photovoltaïques…

Immobilier Mode d'Emploi : Au regard de la progression de la population, quelles sont les priorités en matière d’habitat ? 

Thierry Del Poso : Les besoins sont à la fois exprimés par une population locale constituée de jeunes actifs mais aussi par des seniors arrivant sur la commune qui, initialement, avait souvent acquis une résidence secondaire. Actuellement le parc de logements est constitué pour moitié de résidences principales et pour une autre moitié de résidences secondaires. Je souhaite développer une offre de logements à l’attention de la population locale et des primo-accédants tout en proposant un hébergement de loisir sous forme d’habitation légère mais de qualité qui ne soit pas consommatrice de béton. En fonction des contraintes imposées par le PPRI et des règles du SCOT, c’est plutôt vers le Nord, vers Alénya, que se situeront la plupart des zones urbanisables. Et à priori, nous nous tournerons vers un habitat mixte, axé sur la résidence principale, de préférence en habitat individuel, sans avoir besoin de développer des zones industrielles et commerciales, dans la mesure où des communes comme Cant, Argelès ou Elne sont déjà bien dotées. Ces projets à venir seront aussi une réponse au besoin de logement social et bien que nous soyons encore éloignés du seuil des 20 %, il n’est pas question de l’atteindre au détriment du cadre de vie du village existant. Qu’il y ait au total une vingtaine d’ha urbanisables à l’horizon de 2025 ne signifie pas pour autant qu’ils le seront effectivement et ce seront peut être tout au plus 3 à 4 ha qui seront utilisés d’ici 2020. J’insiste sur le fait que nous ne nous lancerons pas dans un développement à outrance et je plaide pour une croissance plus raisonnable de la population, sachant que je ne fixe aucun objectif en termes de seuil à atteindre. Je m’attache avant tout à répondre aux besoins de la population existante !

")