Enquêtes

Pau

Vendredi 14 octobre 2011
Un projet urbain pour un développement harmonieux et durable.

Avec un objectif de 1000 nouveaux logements par an, l’agglomération paloise veut répondre aux besoins de sa croissance.

Le projet d’éco-quartier des Portes du Gave témoigne d’une stratégie d’urbanisme privilégient la mixité de fonctions dans le respect du patrimoine naturel.

« Répondre aux besoins en logements »… Une phrase, en exergue du nouveau PLH (programme local de l’habitat) de l’agglomération paloise, qui a valeur de profession de foi.

Mais qui témoigne aussi d’un constat : face à sa croissance démographique, 13 000 habitants supplémentaires, selon les projections, à l’horizon 2025, le deuxième pôle urbain de la région Aquitaine, véritable métropole d’équilibre avec 250 000 habitants sur le pays du « grand Pau », doit se donner les moyens d’accueillir cette population nouvelle tout en assurant le renouvellement  du parc immobilier existant.

Un constat, mais aussi un engagement. Le PLH prévoir ainsi la construction de 1000 nouveaux logements par an sur les douze prochaines années. Un engagement qui s’inscrit, alors que l’agglomération fête son dixième anniversaire, dans le projet global de développement portée par celle-ci « Pau, porte des Pyrénées » afin que la capitale du Béarn assume pleinement, selon les mots de Martine Lignères Cassou, maire de Pau, son rôle de «locomotive d’un territoire d’avenir tourné vers un développement durable et harmonieux ».

Le PLH doit ainsi permettre d’anticiper le développement urbain de l’agglomération «de façon durable et économe », tout en élargissant la gamme des logements proposés afin de satisfaire aux besoins du plus grand nombre.

Un accord cadre, dans cette perspective, doit être passé avec les acteurs de la construction, opérateurs privés et bailleurs sociaux, afin d’assurer une véritable diversité, dans les formes urbaines, les types de logements, mais aussi une mixité et une maîtrise des prix de vente.

Environ 25% des nouveaux logements seront ainsi destinés à la location sociale  et 25% à de l’accession sociale ou abordable à la propriété.

Maîtrise foncière

Mais la politique de l’habitat implique aussi une stratégie d’urbanisme qui repose sur deux éléments incontournables. Intervenir sur le tissu urbain existant en le valorisant, mettre en œuvre une politique de maîtrise foncière qui permette de dégager des espaces constructibles.

En ce qui concerne le premier point, l’aménagement du secteur halles-République, en centre-ville représente une véritable renaissance pour ce quartier.

Au-delà de la rénovation du marché couvert, plusieurs dizaines de logements seront réalisés dans la les cinq derniers étages de l’immeuble voisin du complexe de la République, rénové, les étages inférieurs étant destinés à l’accueil d’activités tertiaires. Avec la construction de la nouvelle médiathèque, qui sera inaugurée courant 2012, et l’aménagement d’un vaste parvis, mais aussi la création de l’ESAC (Ecole supérieure des arts et de la communication), toutes deux situées à proximité, l’ensemble du secteur va bénéficier d’une valorisation qui ne peut manquer d’accroître son attractivité, donc d’attirer des investisseurs et de favoriser la réalisation de programmes de logements. La mise en œuvre d’opérations publiques d’aménagement, dans le cadre d’une politique volontariste de maîtrise foncière, trouve son illustration dans le projet Portes du Gave.

Un quartier écologique,économique et culturel

Véritable parc urbain, conçu dans l’esprit d’un éco-quartier, les Portes du Gave représente un des projets phares de la communauté d’agglomération, souligne Bernard Laclau- Lacrouts, adjoint au maire chargé de l’urbanisme.

« Les Portes du Gave représente un projet ambitieux. Il s’agit de créer un nouveau quartier à la fois écologique, économique et culturel, au cœur même de l’agglomération, en tissant un lien urbain depuis le sud de Pau en direction des centres villes des communes voisines ». Sur un périmètre de 250 hectares, à la convergence des communes de Pau, Bizanos, Mazères-Lezons et Gelos le projet s’étend sur la « ville basse » à partir du belvédère formé par le boulevard des Pyrénées.

Il intègre trois entités spécifiques, la gare de Pau, avec un important domaine ferroviaire dégradé, des friches industrielles, le gave et ses rives.

« L’interpénétration des zones naturelles, à protéger, et les secteurs à urbaniser constitue l’un des points forts du projet » indique Bernard Laclau-Lacrouts. « La réalisation du stade d’eaux vives, sur le gave, mais aussi la réhabilitation de l’ancienne usine de tramways, devenu le pôle archives de l’agglomération, constituent les premières étapes du projet ». Plusieurs centaines de logements devraient voir le jour sur ce vaste site, à côté de locaux d’activités, de bureaux, d’équipements publics.

Un marché de définition est aujourd’hui en cours, afin de d’élaborer le programme d’aménagement et l’équilibre entre ses diverses composantes, qui mobilise trois équipes internationales d’urbanistes, l’agence Sola-Morales, l’atelier Seraj Architectes et l’agence Leibar & Seigneurin. Le choix du projet retenu devrait intervenir dans les prochains mois.

A plus long terme un autre projet urbain d’envergure devrait être lancé, à l’est de la ville cette fois, dans le secteur Pissard Santarelli, autour d’une friche militaire, site d’une ancienne caserne, depuis les communes d’Idron et de Bizanos  jusqu’à l’Ousse des Bois.

Un concours d’urbanisme doit être lancé courant 2012, explique Bernard Laclau-Lacrouts. 

")