Enquêtes

Opération « 50 000 logements » : cette fois, c’est parti !

Vendredi 25 septembre 2015
Lancé en 2010, l'opération dite des « 50 000 logements » a été lancée par la métropole bordelaise pour limiter l'étalement urbain, réaliser une offre de logements à des prix accessibles et proche des lieux de travail. Après un temps de mise en route, ce vaste projet connaît une phase d'accélération en 2015.


Opération « 50 000 logements » : cette fois, c’est parti !


Avec la réalisation de trois lignes de tramway, la métropole a conçu de véritables corridors urbains propices à la réalisation d’une offre de logements adaptée. Dans ce cadre, l’extension des lignes se fait de paire avec la projection de besoins d’habitat adaptés à la fois en matière de typologie et de prix. C’est la Fab qui s’est vue confier en toute fin 2014 l’élaboration de la mise en œuvre opérationnelle de ce vaste projet comprenant 16 ilots témoins, 9 opérations d’aménagement sur 12 communes. Au total, ce sont 10 000 logements, dont 2 600 pour les ilots témoins, qui sont dans les cartons, représentant un tiers de logements locatifs sociaux, un tiers de logements en accession à prix maîtrisé et un tiers de logements en accession libre.


Actuellement, la mécanique opérationnelle est lancée et le programme « 50 000 » entre dans une phase de réalisation : deux permis de construire ont été accordés, quatre sont en cours d’instruction, six autres seront déposés avant la fin de cette année, pour un volume total d’un peu plus d’un millier de logements. Les premiers chantiers démarrent actuellement et les premières livraisons sont prévues pour le premier trimestre 2017. Par ailleurs, 10 études pré-opérationnelles sont actuellement engagées, pour un potentiel de logements qui atteint donc environ 10 000 logements. Comme le souligne Alain Juppé, « les ambitions du Programme « 50 000 logements » autour des axes de transports collectifs ne changent pas ; La nécessité de construire mieux, moins cher pour rendre abordable l’accession à la propriété et maintenir les familles dans la Métropole, en respectant la règle et en réinterrogeant les normes, en favorisant l’innovation et la concertation avec les habitants, reste toujours d’actualité. Aujourd’hui, en mobilisant les acteurs de l’aménagement et de la construction, dans certaines conditions notamment fiscales, nous atteignons notre objectif de produire des logements en accession à la propriété qui soient abordables financièrement pour les ménages ». L’offre de logements neufs atteint 2 500 € / m², alors que les prix pratiqués sont en moyenne de 3 800 € / m² sur le marché libre. Concrètement, pour ces premières opérations, le prix de vente des logements en « accession sociale », produits par des opérateurs sociaux, devrait se situer dans une fourchette de 2 100 à 2 400 €/m² SH TTC, stationnement inclus. Quant aux logements en « accession abordable », livrés par les opérateurs privés, ils devraient, de leur côté, être mis sur le marché sur une base 2 500 €/m² SH TTC, stationnement inclus, bien évidemment avec des clauses anti spéculatives.

Un chantier mosaïque et titanesque

L’extension de la ligne C, qui franchissait le boulevard intérieur entre Bordeaux et Bègles, desservant le quartier de Terres-Neuves, avec 700 nouveaux logements, connaît une nouvelle extension de 3,7 km, permettant un passage sur l’ensemble de la commune de Bègles, avec un terminus en lien avec l’écoquartier de Terre-Sud, 1 600 logements réalisés en plusieurs phases. Une future extension est également prévue pour relier d’ici à la fin 2018 la proche commune de Villenave-d’Ornon en connexion avec l’opération 50 000 logements pour laquelle l’agence OMA Clément Blanchet a été retenue. Par ailleurs, une autre opération qui est née dans le cadre des « 50 000 logements », sise sur l’îlot Bouscat Libération, qui devrait totaliser près de 3 500 logements, est lancée le long des axes du tramway. « Nous menons des études sur Mérignac et Pessac qui s’intègreront à ce projet », note Jacques Rubio, Directeur régional de Kaufman & Broad ». En 2015, Bordeaux Métropole a également missionné la Fabrique Métropolitaine pour engager des opérations de logements sur le domaine universitaire de Talence-Pessac-Gradignan, afin de mieux intégrer l’université dans la ville en lui apportant notamment plus de services urbains. « C’est aussi, souligne Alain Juppé, l’opportunité conjuguée de mobiliser du foncier de l’Etat pour construire du logement familial, social, en accession et libre ». La maîtrise foncière constitue justement encore un frein à la bonne marche des « 50 000 logements » et Alain Ferrasse, en tant que président régional de la FPI, travaille actuellement en concertation avec les ordonnateurs de cette opération à l’élaboration d’une charte de bonne conduite. Celle-ci engagerait les promoteurs à faire des offres foncières à des prix limités pour rendre possible la maîtrise des prix de sortie, enjeu essentiel à la bonne marche d’une offre durable de logements sur la métropole bordelaise.

")