Enquêtes

Muret

Vendredi 14 octobre 2011
Habitat, commerces, services… L'aménagement des entrées nord et sud, avec les projets « Muret 2005 » et «Porte des Pyrénées », mais aussi la restructuration du quartier d'habitat social du Maïmat et la réhabilitation du centre historique, témoignent d'une politique dynamique de développement urbain.

Repenser la ville pour une croissance maîtrisée.

D’ici à la fin 2012, l’entrée nord de Muret offrira, en venant de Toulouse, l’image d’une ville qui affiche sa volonté de répondre aux défis posés par une croissance portée par le dynamisme de l’aire métropolitaine. Une image digne de la troisième ville de Haute-Garonne, avec aujourd’hui plus de 26 000 habitants. Une restructuration de l’ensemble du secteur, avec immeuble de bureaux à l’architecture très contemporaine, un nouveau centre commercial, un complexe cinématographique de 6 salles et 850 fauteuils, des restaurants, de nouveaux axes routiers et ronds points. En bref un projet global pour une entrée de ville repensée et modernisée, appelée à devenir un pôle culturel et commercial attractif. « Repenser la ville, redessiner ses quartiers, tel est le projet porté par la municipalité pour améliorer le cadre de vie des habitants, redynamiser et accroître l’attractivité économique et résidentielle de Muret » déclare le maire, André Mandement. Une volonté qui trouve une illustration majeure avec une opération qui fait écho à l’aménagement de l’entrée nord, mais avec une ampleur sans comparaison.

Un projet d’envergure au sud de la ville

Au sud de la ville le projet «Muret 2025 » témoigne de l’ambition de l’ancienne capitale du Comminges en matière d’urbanisme. Elle s’inscrit, explique Elisabeth Séré, adjointe au maire chargée de l’urbanisme, dans les grandes priorités définies dans le cadre du PLU : préserver les zones naturelles, notamment les côteaux, qui ont longtemps fait objet d’une  urbanisation diffuse et mal contrôlée, difficile en outre à desservir en voies d’accès, favoriser le développement de la commune vers le sud et privilégier les projets qui associent, dans une logique de mixité des fonctions, habitat, activités économiques et commerciales. Ce qui est particulièrement le cas pour le projet «Muret 2025 ».

Celui se compose, de fait, de deux volets complémentaires et adjacents. Situé à proximité de l’échangeur de l’autoroute A64, l’opération « Porte des Pyrénées », dans le cadre d’une ZAC d’une trentaine d’hectares réalisée sous maîtrise d’ouvrage de la communauté d’agglomération du murétain, doit voir la construction d’environ 40 000 m2 de surfaces commerciales et d’équipements de loisirs «avec une architecture et un concept  très novateurs ».

Deux opérateurs sont appelés à

intervenir pour la mise en œuvre de l’opération, le groupement  Mous-quetaires Intermarché, et la SEPI (Société Européenne de Promotion Immobilière) qui assurera la commercialisation de la zone.

La SEPI  doit valider pour la mi-octobre les aspects économiques,  juridiques et financiers du projet.

Politique de maîtrise foncière

L’autre volet de « Muret 2025 » concerne l’aménagement et l’urbanisation d’un vaste secteur, dans le prolongement de la  « Porte des Pyrénées » en direction de la Garonne. Une zone de plusieurs centaines d’hectares, essentiellement consacrée à l’habitat, avec plus de 6 000 habitants en perspective, mais qui devrait également accueillir divers équipements publics, des groupes scolaires, des services. Après la création, pour les besoins de la cause, d’une SPL (société publique locale)  des  négociations sont aujourd’hui en cours pour assurer à la collectivité la maîtrise foncière des terrains. «On peut tabler sur un début de l’aménagement vers le fin 2012 ou le début 2013 » précise Elisabeth Séré.

Mais au-delà des projets de nouveaux quartiers, Muret s’attache aussi à requalifier de manière volontariste le tissu urbain existant. C’est en particulier le cas du « square Maïmat ». Un quartier d’habitat social qui fait l’objet d’une véritable opération de rénovation urbaine, réalisée par la société de HLM  Promologis. 226 logements, aux normes BBC,  vont être construits, avec plusieurs petits collectifs, après la démolition de 176 logements anciens. Un projet en trois phases, la première est en cours, qui sera totalement terminé en 2015. Le programme implique par ailleurs  la restructuration de l’espace public, qui prend place au cœur d’un espace vert et paysager. La qualité des espaces publics représente ainsi une autre priorité du projet urbain. En témoigne l’aménagement de la zone verte de Robineau, en bordure de Garonne, avec un espace de loisir et de détente, un milieu naturel réservé et des jardins familiaux. Ou celui du Parc d’Alayrac, 18 000 m2, au cœur du quartier Saint-Jean. Enfin déjà bien pourvue en équipements publics, Muret bénéficie aujourd’hui d’une toute nouvelle médiathèque, récemment inaugurée, et d’un complexe sportif de 2 000 m2 flambant neuf. Des investissements  qui vont de pair avec la réhabilitation du centre historique, qui vient de débuter avec le réaménagement de la place Saint-Sernin, près de l’hôtel de ville, avec la création d’un belvédère sur la Garonne.

")