Enquêtes

Le Nord-Ouest, terre d’envol et terre d’accueil

Vendredi 14 juin 2013
Boosté par son dynamisme économique, le nord-ouest de l'agglomération toulousaine met en œuvre une politique d'urbanisation très contrôlée. Avec une offre de logements à la mesure de son attractivité.

Le Nord-Ouest, terre d’envol et terre d’accueil

La chose est entendue… Le siège opérationnel d’EADS sera donc bien installé à Blagnac, sur le parc d’activités aéronautiques sud, à deux pas des sièges d’Airbus et d’ATR. La décision du groupe conforte encore la vocation aéronautique d’une commune et au-delà de celle-ci d’un territoire qui représente, au nord-ouest, un pôle économique majeur pour l’ensemble de l’agglomération toulousaine. Bernard Keller, maire de Blagnac, vice-président de la communauté urbaine Toulouse Métropole et véritable cheville ouvrière du développement local, à travers notamment le SIVOM Constellation aujourd’hui intégré à la communauté urbaine, se plait à le souligner. Avec 36 000 salariés sur la seule commune de Blagnac, la dynamique économique justifie l’attractivité et partant la croissance démographique dont bénéficie l’ensemble du secteur. Et plus précisément les cinq autres communes, Beauzelle, Cornebarrieu, Aussonne, Seilh, Mondonville, qui constituaient avec Blagnac le SIVOM Constellation. Rien d’étonnant dans ce sens que le nord-ouest accueille des opérations majeures d’aménagement, dont la réalisation s’inscrit, avec le principe de mixité qui préside à toutes les opérations mises en œuvre par la communauté urbaine, dans la volonté de rapprocher l’habitat des pôles d’activité.
4 000 logements en prévision sur Andromède


Pour Blagnac, 2013 représente une année importante à divers égards. Le lancement des travaux de la ligne Envol du tramway, appelée à desservir la plateforme aéroportuaire, l’une des plus importante de France avec près de 7,6 millions de passagers, confortera la desserte en transport en commun. A deux pas de l’usine de montage des Airbus A380, les appareils emblématiques de l’industrie aéronautique toulousaine, Caravelle, Airbus, Concorde, vont rejoindre dés la fin de l’année l’espace muséographique Aéroscopia, réalisé sous maîtrise d’ouvrage de la ville. Avec l’ouverture du nouveau groupe scolaire Jean Moulin, en centre-ville, et d’une cuisine centrale, Blagnac conduit une politique d’équipement à la dimension de son développement. Mais c’est en matière de logement que la ville témoigne le plus éloquemment de son dynamisme. La réalisation de programmes sur la ZAC Andromède l’une des plus importantes de l’agglomération avec 4 000 logements en perspective à côté d’activités tertiaires et de surfaces commerciales, se poursuit. Près de 900 logements ont déjà été livrés, 340 sont en chantier et quatre opérations représentant 250 logements doivent démarrer cette année. Cet éco-quartier, primé en 2012 au plan national dans le cadre des Victoire du Paysage, accueillera aussi un ensemble d’équipements, dont un groupe scolaire et un skate park également en chantier. Au-delà d’Andromède l’offre de logements sur Blagnac se concentre désormais le long de la première ligne de tramway, avec onze programmes qui représentent plus de 400 logements dont la livraison doit s’échelonner jusqu’en 2015. Enfin un importante opération de restructuration urbaine est en cours à travers la démolition-reconstruction, par la Cité Jardin, de deux ensembles de logements sociaux, les Saules, avec 196 logements, quartier Baradel, et place de Verdun avec 46 logements.Un équipement structurant à dimension métropolitaine


Faisant cause commune avec Blagnac, Beauzelle, qui accueille également la ZAC Andromède, bénéficie de la même manière de la montée en puissance de celle-ci. Mais l’évènement essentiel concerne l’installation sur son territoire, ainsi que sur celui de sa voisine Aussonne, du futur Parc des Expositions. Un équipement de 70 000 m2, à vocation métropolitaine, dont la réalisation a été confiée à un grand nom international de l’architecture, le néerlandais Rem Koolhaas. L’ouverture du Parc des Expositions, en 2017, devrait ainsi offrir un nouvel axe de développement pour l’ensemble du nord-ouest, avec des liaisons renforcée grâce au prolongement de la ligne de tramway et celui de la «Voie lactée », voie rapide ouvrant le territoire en direction de Grenade en contournant la commune de Seilh. Ce contournement permettra à celle-ci d’aménager l’ancienne route en boulevard urbain. Mais le principal projet de Seilh réside aujourd’hui dans le projet d’aménagement du secteur de Laubis. Un éco-quartier, sélectionné dans le cadre du concours international Europan, qui implique la réalisation sur une vingtaine d’hectares environ 600 logements, destinés au marché libre, locatifs sociaux ou en accession sociale à la propriété, sur la base de critères exemplaires en termes de développement durable et d’aménagement de l’espace. Le début de la réalisation devrait intervenir courant 2014.


L’autre opération majeure d’aménagement, conçue et développée en parallèle d’Andromède, s’inscrit sur la commune de Cornebarrieu avec la ZAC Monges-Croix-du-Sud. Véritable « ville jardin » ce nouveau quartier, dans un environnement naturel préservé, verra sur 57 hectares, dont 12 hectares d’espaces verts, la construction de 900 logements. 140 logements ont déjà été livrés, 225 autres le seront cette année et trois programmes représentant 200 logements sont en cours de lancement, alors que se poursuivent les travaux d’une école et que démarrent ceux d’une espace culturel.
Préserver un cadre naturel


A l’ouest d’Aussonne et Cornebarrieu, Mondonville bénéficie d’une situation privilégiée en lisière de la forêt de Bouconne. Un avantage, associé à une relative proximité de Blagnac et Toulouse qui justifie la forte demande dont la commune est l’objet. Plusieurs programmes ont déjà modifié sensiblement la physionomie d’un bourg qui a su conserver son caractère rural, dont une importante opération de 430 logements, en bordure de la route de Pibrac, maisons individuelles, maisons de ville et petits collectifs, réalisés par le groupe Carrère. Aujourd’hui la municipalité d’Edmond Desclaux poursuit sa politique d’urbanisation bien contrôlée avec le projet d’aménagement du cœur de ville, construction d’une nouvelle mairie, d’une médiathèque, et de 250 logements, dont 25% de logements sociaux, dans le cadre de petits collectifs avec commerces en rez-de-chaussée. Un projet complété par l’aménagement de la zone du Moulin, en périphérie du bourg ancien. Dans le cadre d’une ZAC, reliée au centre ancien par des cheminements doux, pistes cyclables et chemins piétonniers, 350 logements, maisons de ville, individuelles et logements collectifs, toujours avec 25% de logements sociaux doivent voir le jour sur le site qui accueillera également des équipements publics.

Bernard Keller. Maire de Blagnac, vice-président de Toulouse Métropole


IME. Qu’est-ce qui caractérise le plus, selon vous, l’identité de Blagnac et, au-delà, du nord-ouest de l’agglomération ?


B. Keller. La position privilégiée de ce quart nord-ouest au sein de l’agglomération réside sans conteste dans la présence sur son territoire des grands donneurs d’ordres aéronautique, Airbus, ATR, maintenant EADS, mais aussi de plusieurs sous-traitants, ainsi que de l’aéroport. Blagnac, rappelons-le, compte 36 000 emplois pour 24 000 habitants. Mais son attractivité relève aussi d’une offre conséquente en termes d’équipements, scolaires, culturels, sportifs. Cette proximité, celle des activités économiques, associée à une qualité de vie préservée justifie le développement dont nous faisons l’objet.


IME. Andromède représente aujourd’hui une de plus importantes opérations d’aménagement de l’agglomération. Sa commercialisation n’est-elle pas hypothéquée par la crise ?


B. Keller. Si l’impact de la crise à généré un ralentissement, celui-ci demeure modéré. L’aménagement d’Andromède se poursuit conformément aux objectifs. Plusieurs programmes doivent démarrer cette année et d’autres appels à projets seront lancés. Par aileurs après la signature l’an dernier d’un investisseur commercial, plusieurs commerces vont ouvrir en 2013, ce qui va contribuer à donner de la vie au quartier. Mais n’oublions pas que pour finaliser une ZAC de cette importance il faut compter une vingtaine d’années.


IME. Disposez-vous encore de foncier disponible ?


B. Keller. Andromède mobilise de fait l’essentiel des réserves foncières. Plusieurs programmes sont prévus en bordure de la ligne de tramway, dans une logique d’aménagement le long des axes de transport. Au delà les terrains disponibles se limitent désormais à quelques parcelles isolées…
 

")