Enquêtes

La Néo-Ruralité : Un Phénomène de Société

Lundi 28 janvier 2008

Ipsos réalise régulièrement des études sur la néo-ruralité (ces urbains qui vont vire à la campagne…) en s’adressant aussi bien aux maires des communes qui accueillent cette nouvelle population qu’à ces habitants venus de la ville… Zoom.

 

 

Une prise de conscience des communes rurales…

Les maires des communes rurales reconnaissent la réalité du phénomène des installations durables de citadins à la campagne. Loin d'être un phénomène de mode, 77 % considèrent qu'il s'agit là d'un véritable fait de société et, au cours des cinq dernières années 84 % ont été concrètement approchés par des citadins susceptibles de venir s'installer sur leur commune : principalement (75 %) par des personnes allant travailler dans une ville proche et venues rechercher un logement dans la commune. Les citadins apporteurs d'un projet économique (ou ayant leur propre idée de travail) ne représentent pas le profil principal des personnes venues rencontrer les maires, mais ils constituent une réalité non négligeable pour 17 % des communes et ceci particulièrement pour celles du Sud Ouest (25 %) et du Sud Est (26 %).

Objectif primordial : une meilleure qualité de vie

Si l'on considère comme néo-ruraux les Français de 15 ans et plus : Habitant actuellement une commune rurale de moins de 2.000 habitants· Résidant dans cette commune depuis moins de 5 ans· Ayant leur précédent domicile dans une commune de plus de 2.000 habitants et située à plus de 50 km de leur commune d'habitat actuelle, ces derniers représentent 4,2 % de la population française des plus de 15 ans soit 2 millions de personnes. Qu'ils soient citadins, ruraux, néo-ruraux ou élus la très grande majorité des interviewés est d'accord : la recherche d'une meilleure qualité de vie représente la motivation prioritaire des candidats à l'installation à la campagne. Les citadins valorisent en particulier un mode de vie perçu comme moins stressant par rapport à la ville (36 %), une vie globalement moins chère (27 %) et un environnement moins pollué.

Une nécessité pour la survie de la commune

Qu'elle soit récente ou déjà engagée, l'installation de citadins représente un enjeu pour les communes rurales : 72 % estiment en effet qu'il s'agit là d'un facteur indispensable à la survie de leur commune.
Cet avis est partagé par les deux tiers (64 %) des habitants des zones rurales mais il n'en demeure pas moins que 35% ont un avis contraire.
Pour la très grande majorité de tous les interviewés, qu'ils soient citadins (78 %), ruraux (86 %), néo-ruraux (62 %) ou élus (76 %), la contribution des nouveaux habitants au dynamisme des services de proximité représente le premier avantage pour les communes rurales.
Vient ensuite l'apport plus général de vie dans la commune et les associations (pour 76 % des maires et 40 % en moyenne des autres populations interrogées).

")