Enquêtes

Seilh

Dimanche 16 octobre 2011
L'aménagement du site de Laubis, dans le cadre d'un projet urbain novateur dans sa démarche, illustre la volonté de la commune du nord-ouest toulousain de faire face de manière maîtrisée et durable à une expansion liée à son attractivité en bordure des zones de développement, démographique et économique, de l'agglomération.

Guy Lozano, Maire de Seilh : "SEILH va tricoter un nouveau quartier…"

Trois équipes étaient en lice… Ce sont en définitive les toulousains Hervé Ambal, Thersile Dufaud, David Rupp, de l’agence d’architecture et d’urbanisme AR 357, qui ont été sélectionnés, devant les deux autres lauréats du concours européen Europan, organisé par la Fédération européenne pour des architectures nouvelles sur le thème de la « ville durable et nouveaux espaces publics », l’équipe parisienne Laraqui-Bringer, et les italiens de l’agence TyPe Architettura.

Le projet concerne la définition d’un programme urbain innovant.  En l’occurrence  l’aménagement du site de Laubis, un secteur situé à l’entrée sud de la commune. 400 à 500 logements pourraient ainsi être construits à terme sur une vingtaine d’hectares.

Une opération menée sous maîtrise d’ouvrage de la communauté urbaine du Grand Toulouse, qui devrait marquer un acte fort, sur un emplacement privilégié, à proximité immédiate du futur Parc des Expositions, et qui assurera la liaison avec Beauzelle dans le prolongement de la grande ZAC Andromède, l’un des nouveaux pôles urbains de l’agglomération.

Pour Guy Lozano, maire de Seilh, la création d’un nouveau quartier sur le site de Laubis représente, pour sa commune, un atout de premier plan. « Cela nous offre la possibilité de créer un nouveau lieu de vie, et d’activités, qui formalisera un lien avec les quartiers existants en renforçant l’identité de l’ensemble de la commune. Ce projet s’inscrit dans notre volonté de mettre fin à un étalement consommateur de terres agricoles, en assurant l’intégration au sein d’un territoire en forte mutation avec le Parc des Expositions, l’ouverture de la ligne de tramway, mais aussi le futur contournement de Seilh ».

Un quartier bien inséré dans son environnement

L’intitulé du projet « Tricoter un nouveau quartier » illustre bien les principes qui président à cette proposition. Former une maille en jouant sur les axes, naturels ou suggérés, de la topographie pour redonner une unité au trois entités qui structurent aujourd’hui la commune : le centre ancien, le golf et le tissu pavillonnaire. A la fois ambitieux et modeste, le projet s’appuie sur une démarche consistant à tisser une « maille urbain » souple, en relation avec l’existant. Une urbanité «non achevée » permettant de poser les bases d’un futur quartier tout en maîtrisant son développement futur selon la trame prévue. Un développement qui autorise une gradation progressive de la densité du bâti, en relation avec les espaces publics, avec une double orientation des lignes de force, nord-sud en liaison avec l’existant, et est-ouest en ouvrant le futur quartier vers la Garonne. Un schéma général qui demeure donc particulièrement souple, laissant le champ ouvert à toutes les interprétations ultérieures. Mais dans une démarche respectueuse du développement durable et d’une bonne insertion dans l’environnement. « Le respect des caractéristiques naturelles du site, et notamment de la falaise dominant la Garonne, en cohérence avec le projet Axe Garonne, porté par la communauté urbaine, représente l’une des grandes qualités de ce projet » souligne Guy Lozano. 

Logements accessibles

Dans l’immédiat l’attention des acteurs locaux se  porte, au nord du bourg ancien, sur le secteur de La Plaine. Classé zone à urbaniser dans le cadre du PLU, avec les secteurs voisins  de Ferrat et du Grand Plantier, La Plaine jouxte la partie centrale, la plus ancienne, de Seilh. Pour la commune l’enjeu réside dans un développement dans le cadre d’un projet maîtrisé, sous la forme d’opérations globales. Dédié à l’habitat, la zone de La Plaine verra la construction d’environ 120 logements. Les programmes immobiliers devront proposer des logements accessibles, 50% d’entre eux devront concerner des logements sociaux, éventuellement en accession sociale à la propriété. Les premières opérations, après avoir finalisé un cadre d’intervention avec les opérateurs, devraient intervenir à l’horizon 2013. La création, à proximité, d’un groupe scolaire, sur le site de Ferrat témoigne de la volonté de la collectivité de se doter d’équipements à la hauteur de son développement. Plus au sud, a proximité du golf, un lotissement illustre la forme majeure du modèle d’urbanisation jusqu’à présent opérant. En favorisant un certain déséquilibre sur le territoire communal, 50% de la population se trouve en effet concentrés autour du golf, sur moins de 2% du territoire. La stratégie d’aménagement de la commune vise aujourd’hui à corriger cet état de fait. « Mais nous voulons éviter une croissance excessive » précise Guy Lozano. «Il est important de préserver un cadre naturel qui demeure le garant de notre qualité de vie ».

")