Enquêtes

Grenade

Mercredi 29 septembre 2010

Grenade, une stratégie raisonnée de développement

 

A travers la révision de son PLU, dans le cadre de la communauté de communes Save-Garonne, Grenade se prépare à une croissance maîtrisée en assumant son rôle de centralité sectorielle. Dans le respect et la valorisation de son patrimoine historique et naturel.

 

 

 

Au-delà du périmètre de l’ancienne bastide, fondée à la fin du XIIIème siècle par Alfonse de  Poitiers, frère du roi Louis IX, dit saint, Grenade se tourne vers l’avenir sans oublier son identité, avec la volonté de valoriser son patrimoine. Au nord-ouest de la Haute-Garonne, à proximité du Tarn-et-Garonne, Grenade, qui s’inscrit dans le SCOT du nord toulousain, entend bien  tirer avantage de sa situation, dans l’orbite de la métropole tout en demeurant le pôle d’attraction majeur au cœur d’un espace rural préservé. « Grenade est appelée à jouer un véritable rôle de centralité sectorielle » explique le maire, Rémy André. «Nous devons nécessairement  prendre en compte cette réalité structurelle dans notre stratégie de développement. En termes démographique nous ne pouvons pas faire l’économie d’une croissance conséquente. De manière prospective on peut tabler dans les quinze à vingt prochaines années sur un accroissement de 45% de la population. Il est essentiel de nous préparer à cette évolution en nous donnant les moyens d’en conserver la maîtrise ».

En matière d’urbanisme, et de logement, Grenade entend bien faire preuve de rationnalité sans hypothéquer ses atouts mais avec un dynamisme certain. Aujourd’hui la révision du PLU a été lancée et l’élaboration du PADD (plan d’aménagement  de développement  durable ) est désormais achevée. Après une phase de stabilisation des nouveaux programmes de constructions, la réflexion porte sur  les différents éléments à mettre simultanément en œuvre dans le cadre d’une politique équilibrée d’urbanisme.

Un développement équilibré du territoire

«Nous devons savoir tirer parti de notre patrimoine historique, mais aussi de notre situation spécifique au confluent de la Save et de la Garonne. Nous nous attacherons également  à  valoriser les hameaux, tels celui de Saint-Caprais, pour donner un nouvel équilibre à l’ensemble du territoire communal » souligne  Rémy André. Mais le maire évoque aussi  la nécessité de prévoir la réalisation de nouveaux programmes immobiliers. «On peut estimer à plus 2 500 le nombre de nouveaux logements nécessaires dans les vingt ans à venir. Il est évident que ces constructions ne pourront intervenir que dans le cadre d’opérations d’aménagement  dument  pensées et programmées. Et celles-ci impliquent une certaine densification. Il faudra retrouver, dans ces opérations, l’esprit de la bastide ». Concrètement  celà  implique de mettre un terme au mitage du territoire en évitant les constructions en diffus. Mais aussi de réaliser la liaison entre les lotissements périphériques et le tissu urbain de la ville-centre. Et de privilégier en matière d’urbanisation future les secteurs situés le long des axes de communication et plus spécifiquement la route Grenade-Toulouse. D’autant que la construction du nouveau pont sur la Garonne, prévu à l’horizon 2017 à mi-chemin entre Grenade et Merville représenter un élément favorable supplémentaire à l’entrée sud de la commune.

 

Un projet global à vocation économique

 

Mais le développement de Grenade s’inscrit aussi dans celui de la communauté de communes Save-Garonne, dont Rémy André est également le président. « Nous devons mettre dans ce cadre l’accent sur l’économie. Il faut que nous nous attachions à produire de la richesse. Mais celle-ci doit s’appuyer sur un pilier fort, l’agriculture, et l’agroalimentaire, à partir d’un axe essentiel, celui du développement durable. C’est le sens du projet «Valterra » que nous souhaitons mettre rapidement en œuvre ». Un projet, ou plutôt, précise Rémy André, trois projets en un. Le cadre général concerne ainsi l’appui au développement de productions maraîchères péri-urbaine, aussi bien dans les communes de la rive gauche que de la rive droite de la Garonne. Deuxième volet, la création d’une ZAC d’intérêt régional, sur plus de 160 hectares, sur la commune de Merville, destinée à l’accueil d’activités spécialisées dans les agro-ressources et l’éco-construction. L’étude de faisabilité doit être lancée en septembre. Le troisième point repose sur un projet de pôle régional autour du cheval et des activités équestres qui pourrait trouver place autour de l’hippodrome de Grenade. Après validation d’une étude de faisabilité, l’objectif premier réside dans la mobilisation des professionnels du cheval autour de cette initiative.

Avec l’aménagement en 2014 du futur parc des expositions, sur la commune d’Ausone, aux portes de la communauté de communes Save-Garonne, le prolongement ultérieur de la liaison rapide «Voie Lactée », puis la création envisagée d’un transport en commun en site propre entre Grenade et Beauzelle, tête de ligne du tramway en direction de Toulouse, Grenade devrait à l’évidence bénéficier de la création d’équipements à vocation structurante pour l’ensemble des communes du nord-ouest toulousain.

 

 

    

")