Enquêtes

Eysines

Vendredi 14 octobre 2011
Une extension maîtrisée dans une démarche environnementale de qualité.

Le futur éco-quartier du Carès représente la création d’un nouveau pan de ville. Un programme complémentaire aux interventions sur le centre ville.

À l’ouest de la commune d’Eysines, un éco-quartier doit voir le jour à l’horizon 2014. Sur 52 hectares, dont 35 hectares constructibles, le long de la route qui va vers le Médoc, la ZAC du Carès, réalisée sous maîtrise d’ouvrage de la communauté urbaine, va permettre la création d’un véritable pan de ville. Un développement qui doit permettre de répondre, dans une logique d’aménagement maîtrisé, à la croissance démographique de l’ancienne cité maraîchère.

Essentiellement dédiée à l’habitat, avec plus de 76 500 m2 de surface, représentant plus de 800 logements, dont 30% de logements sociaux, et près de 4 000 m2 de surface dédiée à des services, de locaux d’activités, ainsi que des commerces de proximité, le futur quartier devrait en outre bénéficier du prolongement de la ligne A  du tramway. La création de l’éco-quartier, après appel à un aménageur, implique une prise en compte forte des exigences environnementales, dans le cadre d’un urbanisme de proximité, avec une densité raisonnable, une organisation de l’espace articulée sur des cheminements doux et une structure paysagère forte. Des contraintes environnementales d’autant plus prégnantes que la future zone à urbaniser se situe à proximité d’une zone naturelle protégée, en particulier les sources qui alimentaient jadis l’agglomération toulousaine en eau potable. Pour le moment le projet doit faire l’objet, avant son lancement, d’un complément d’étude concernant justement son impact sur le milieu naturel.

Si le futur éco-quartier du Carès représente, pour Eysines, un enjeu majeur en termes d’habitat, la ville est engagée dans une autre opération en matière d’urbanisme. La requalification du cœur de ville doit permettre d’améliorer son attractivité et de favoriser l’accueil de nouveaux habitants. Largement entamée, cette opération se traduit par l’aménagement d’une entrée, emblématique, desservant le cœur du bourg, mairie, écoles, centre culturel. Les espaces publics, autour de ses équipements, font l’objet d’une mise en valeur. La place centrale, aménagée en plateau piétonnier, permettra d’accueillir diverses manifestations. Des aménagements paysagers rappellent l’ancienne vocation maraîchère de la ville. Une dynamique qui devrait favoriser les opérateurs du logement à se positionner sur la commune, à l’exemple de Gesfim, qui vient de livrer une résidence d’une quarantaine de logements, ou d’Aquitanis, qui, après un programme de 82 logements, doit livrer un ensemble de 52 logements au début 2012.

")