Enquêtes

Euratlantique avance, entre projets et chantiers

Vendredi 25 septembre 2015
Etendu sur 738 ha, Euratlantique, qui hissera Bordeaux au sommet des grandes métropoles européennes, est amorcé. Déjà, entre droits à construire et ouvertures de chantiers, les principaux acteurs du marché du logement se positionnent sur un secteur qui permettra de réaliser une partie de l'offre de logements de la métropole pour les vingt prochaines années .

Euratlantique avance, entre projets et chantiers

Les grues commencent à s’élever sur le site d’Euratlantique, cette opération d’Intérêt National de 738 hectares couvrant une partie de Bordeaux, Bègles et Floirac, sur les deux rives de la Garonne. C’est le cas sur le site des futurs bureaux de la société Mazars mais aussi dans le secteur de la gare où est réalisé le bâtiment qui accueillera les voyageurs côté Belcier en 2017, tout comme à proximité de la station Carle Vernet où va être réalisé un immeuble de 20 logements.

Bordeaux Euratlantique, c’est évidemment le grand projet d’aménagement et de développement économique de la métropole. Sur une période de vingt ans seront construits logements, bureaux, locaux d’activités, commerces, équipements structurants et de proximité, espaces verts et un centre d’affaires, soit 16 000 logements, 480 000 m2 de bureaux, 140 000 m2 d’équipements publics, 50 hectares d’espaces verts, 50 000 m2 de commerces, 70 000 m2 d’hôtellerie et 160 000 m2 de locaux d’activités.

Euratlantique se décompose en quatre volets. Le premier, Saint-Jean Belcier, d’une superficie de 145 ha, va devenir un centre d’affaires à vocation européenne, le quartier de la gare TGV, mais aussi un quartier résidentiel où vont s’ériger près de 300 000 m2 de logements. Une première phase va comprendre la construction de la MECA, la Maison de l’Economie créative de la culture en Aquitaine, 7 500 logements, ainsi que 90 000 m2 de bureaux qui accueilleront à terme près de 15 000 nouveaux salariés. Parmi les principales infrastructures prévues au cours de cette première phase, sont programmés le nouveau pont Amédée Saint-Germain/Armagnac, qui se situera au-dessus des voies ferrées, le futur pont Jean-Jacques Bosc qui reliera Bordeaux et Bègles à Floirac ainsi que trois lignes de transport en commun. Sur Saint-Jean Belcier, un appel pour 17 000 m2 de droits à construire, dont 35 % de logements sociaux, a été lancé en juillet. Le projet d’un ilot mixte, qui doit valoriser la filière bois avec la réalisation de plusieurs plots à destination de logements pour des immeubles de grande hauteur – 50 mètres pour 17 étages – se situe à 500 de la gare Saint-Jean et de la future gare LGV qui sera livrée en juillet 2017.

Le second volet est celui de Garonne Eiffel, sur la rive droite de la Garonne, qui mêlera neuf quartiers anciens et nouveaux au sein d’un projet intercommunal. L’objectif consiste à donner une identité à la rive droite de la Garonne. Ce sont 7 500 logements qui devraient être réalisés sur ce site pour 12 500 futurs habitants sur 127 hectares face au fleuve, à quelques minutes en tramway de la gare TGV. Un programme mixte, situé à moins de 300 m du tramway est déjà porté par le groupe Fayat et devrait être livré en 2016.  Le programme fera partie des premières opérations livrées sur l’OIN Bordeaux-Euratlantique. Sur le nouveau projet de l’ensemble immobilier du Belvédère, qui représente 140 000 m² de surface de plancher à bâtir sur le site (avec des bureaux, des logements, des commerces, des services et un hôtel), trois candidats ont été retenus (Vilogia et BDP Marignan, Nexity avec Altarea Cogedim et Pitch Promotion, Domofrance avec Icade, Pichet et ADIM). Chacun a constitué une équipe et une seule sera retenue mi-mars 2016 pour un démarrage des travaux prévu au début de l’année 2017.

 Le troisième volet, Bègles Garonne, s’étendra sur 80 ha sur un kilomètre le long des berges de la Garonne en continuité de Saint-Jean Belcier et constituera la nouvelle entrée Sud de l’agglomération tout en développant l’habitat dans un environnement fait de mixité avec le maintien de TPE et de PME. Avec Bègles Faisceau, le secteur se caractérise par des sites marqués par la désaffection industrielle et, parmi de nombreux projets,  une opération d’habitat participatif portée Bordeaux Euratlantique, la ville de Bègles et Axanis, filiale d’Aquitanis, non loin de l’extension de la ligne C du tramway. Le programme pilote, qui pourra être reproduit sur les autres secteurs de l’OIN, sera composé de dix logements pour une livraison fin 2015.

Euratlantique sera donc non seulement un quartier d’affaires de dimension européenne avec 450 000 m2 de bureaux, disposant en outre d’un World Trade Center, de la Cité Numérique et d’une gare TGV/TER en fonction en 2017, mais aussi une façon d’alimenter la production de logements, avec d’avantages de grandes surfaces pour les familles, des possibilités de recompositions ou encore la mutualisation d’espaces.

")