Enquêtes

Bordeaux, zoom sur l'opération « Habiter, s’épanouir, 50 000 logements accessibles par nature »

Lundi 30 septembre 2019
Bordeaux, zoom sur l'opération « Habiter, s’épanouir, 50 000 logements  accessibles par nature »
Confiée à la Fab par Bordeaux Métropole, l'opération « 50 000 logements », rebaptisée « Habiter, s'épanouir, 50 000 logements
accessibles par nature » se développe à un rythme soutenu et de nouveaux outils vont conforter cette démarche destinée à satisfaire la demande des candidats à la primo-accession.

Bordeaux Métropole déploie une offre à partir de 2 500 €/m2 !

 

 

Le nom change, mais l’esprit demeure. Le projet « 50 000 logements » vient d’être renommé « Habiter, s’épanouir », et associé à une démarche qui n’était pas assez visible, « Entreprendre, travailler dans la métropole ». Désormais, ce projet va s’accélérer : alors que 260 logements avaient été livrés entre 2017 et 2018, 330 au 1er trimestre 2019 et 1 500 sont attendus d’ici à 2020.

Ce projet, qui porte l’ambition de réaliser 50 000 logements autour des axes de transports collectifs est née en 2010. Une consultation d’équipes pluridisciplinaires a été lancée. Cinq ont été retenues pour proposer une stratégie urbaine destinée à produire des logements sur des sites répartis sur l’ensemble du territoire de la métropole bordelaise.

Jacques Mangon, Président de la Fab et vice-président de Bordeaux Métropole souligne l’enjeu de ce projet ambitieux : « Par son dynamisme, son rayonnement et son attraction, la Gironde accueille 15 000 à 17 000 nouveaux habitants chaque année, dont la moitié pour la seule métropole bordelaise. Or, nous  constatons que les prix du foncier progressent en raison de l’afflux de nouveaux opérateurs qui s’implantent à Bordeaux pour répondre à une demande abondante ».

Fin 2014, la mise en oeuvre opérationnelle des « 50 000 logements » a été confiée à la Fab et un an plus tard, la majorité des promoteurs et des bailleurs sociaux signait la mise en oeuvre de ce programme ambitieux, à travers une charte signée avec Bordeaux Métropole. Son objectif ? Rendre les prix des logements accessibles, à 2 500 €/m2. Comment arrive-t-on à ce calcul ? Dans la mesure où le revenu médian des ménages de la métropole est de 2 251 €/mois, soit un budget logement de 750 € (et encore moins pour les locataires du parc privé), ce sont – et c’est la charte qui le souligne – « 85 % des ménages qui ne peuvent accéder à un logement neuf de 70 m2 vendu au prix moyen constaté de 3 750 €/m2, parking compris. Dès lors que ce logement serait vendu à 2 500 €/m2, 32 % des ménages de Bordeaux Métropole pourraient y accéder ». Il s’agit de créer une offre avec des prix de sortie à 2 500 €/m2, mais aussi de la pérenniser pour la plus grande satisfaction des ménages souhaitant transformer le rêve en réalité, celui de devenir propriétaire de son logement.

 

À la Fab, le changement de nom de cette démarche devenait nécessaire « Malgré ses qualités, la perception du Programme « 50 000 logements autour des axes de transports collectifs » apparaît, lors de nombreuses concertations organisées par Bordeaux Métropole en lien étroit avec les commune, comme fortement associée à la question de la « métropole millionnaire », appellation aujourd’hui encore incomprise, voire anxiogène, pour la population déjà habitante ». Certaines attentes se font ainsi jour comme celle d’un logement « augmenté », sur la qualité de la construction, la pertinence de la conception, la connexion aux transports collectifs ou l’accès aux équipements publics de proximité. Emerge aussi la volonté d’un logement inscrit dans un environnement vert, qu’il s’agisse de l’accès, d’une possibilité de jardinage, d’une vue…Plusieurs pistes sont explorées : expérimenter la question du démembrement foncier pour proposer des opérations à 2 100 €/m² comme ce sera bientôt le cas à Villenave d’Ormon ou encore tester un habitat à la demande avec la start-up HABX, comme c’est le cas sur le domaine universitaire de Talence-Pessac-Gradignan.

Actuellement, 36 % de la production est constituée de logements sociaux, 44 % de logements privés et 20 % d’accession sociale et abordable : « Même si l’objectif en matière de logement abordable de 30 % n’est pas complètement atteint à ce stade, explique-t-on à la FAB, force est de constater que ce logement abordable ou en accession sociale à la propriété existe bien au sein des opérations et qu’il trouve pleinement sa place dans le panel de produits proposés aux ménages de l’agglomération ».

 

 

 

De nombreuses opérations engagées 

Les nouvelles opérations doivent donc comporter 1/3 de logements locatifs sociaux (PLUS-PLAI), 1/3 de logements en accession à prix maîtrisés (locationaccession et logements abordables) à un prix maximum recherché de 2 500€/m² TTC stationnement compris, et 1/3 de logements privés. De nombreuses communes reçoivent des opérations à prix abordables dans le cadre de l’opération des 50 000 logements.

À Bassens, au Centre Bourg, 79 logements dont 30 % à 2 500 € m2 seront livrés par Demathieu Bard Immobilier entre 2019 et 2020.

À Bègles-Labro, une opération de 192 logements est réalisée par Immobilière Sud Atlantique et Logement Français, dont une quarantaine de logements sera dédié au PSLA, avec les premières livraisons attendues en 2021. Dans le quartier Petit Bruges, à Bruges, 260 logements sont prévus avec un premier chantier en 2020.

La plus importante des opérations actuelles dans ce registre est probablement celle du Bouscat, Libération Centre-ville, avec Véalis Développement, Bouygues Immobilier et Gironde Habitat, pour un ensemble de 340 logements ainsi qu’une centaine de lits pour une Résidence de personnes âgées. Située dans le périmètre des 50 000 logements, ce projet ne comprend pas, à proprement parler de logements abordables (mais VEFA social, social et logements libres), pour une réception entre 2019 et 2020.

Le Crédit Agricole Immobilier réalise l’opération Cantinolle à Eysines, avec 130 logements, dont 20 % à 2 500 €, pour une livraison entre 2020 et 2021. Au total, le programme du projet Cantinolle prévoit 750 logements, dont une centaine en cours de commercialisation. Dans le centre ville d’Eysines, une opération d’aménagement comprend 200 logements, dont les premiers en chantiers seront livrés en 2020.

À Villenave d’Ornon, Aquipierre, Id&al Groupe et Lamotte Promoteur Immobilier, en partenariat avec Brémond, vont réaliser un quartier dans le cadre du renouvellement urbain, baptisé Agora et intégré à l’opération « 50 000 logements ».

À Mérignac–Langevin, de nombreuses opérations vont être lancées d’ici les trois à quatre prochaines années : 1 100 logements à Mérignac-Marne avec les premières livraisons en 2021, 350 logements à Mérignac-Pichey pour des livraisons en 2020, 2 800 logements à Mérignac-Soleil, dont 500 en cours de commercialisation.

Aqprim vient d’effectuer le lancement commercial de Parc Mirepin, 220 logements répartis entre maisons de ville et collectifs, mais aussi entre logements abordables (2 500 € TTC parking inclus, des logements réalisés par Clairsienne (Logement locatif social et Prêt social en location accession) ainsi que des logements libres, pour une livraison échelonnée entre fin 2021 et fin 2022. À noter que Kaufman & Broad est présent sur une opération en cours d’étude à Mérignac et qui rentre dans le cadre des 50 000 logements. Lancement prévu en 2020. Enfin, un millier de logements est prévu à terme sur la Zac Centre-ville de Gradignan. Des programmes vont être lancés sur trois secteurs de Pessac, Haut Lévêque, Alouette et le Pontet pour des premières livraisons en 2020/2021. Le programme « Habiter, s’épanouir » verra la livraison de 1 150 logements en 2020 et 11 500 sont programmés sur les 15 prochaines années.

")