Enquêtes

Bordeaux Euratlantique, ambitieux gisement de logements

Mardi 3 janvier 2017

Bordeaux Euratlantique accueillera à terme 30 000 nouveaux habitants et génèrera 20 000 créations d’emplois. Plus que jamais, l’Opération d’intérêt national (OIN), découpé en plusieurs quartiers d’ampleurs, concentre toutes les attentions.

« Ce grand projet à la fois urbain et économique, d’envergure nationale, est lié à la prochaine mise en service de la ligne à grande vitesse Bordeaux - Paris. Centre d’affaires, cité numérique, nouveaux quartiers, etc.
Cette opération devrait permettre d’accueillir à terme 30 000 habitants et 20 000 emplois nouveaux ». Sobrement, Alain Juppé pose le cadre de l’OIN Euratlantique, 738 hectares sur une partie de Bordeaux, Bègles et Floirac, sur les deux rives de la Garonne. Bordeaux Euratlantique, le grand projet d’aménagement et de développement économique de la métropole va être ponctué de logements, bureaux, locaux d’activités, commerces, équipements structurants et de proximité, espaces verts et un centre d’affaires, pour un total 16 000 logements, 480 000 m2 de bureaux, 140 000 m2 d’équipements publics, 50 hectares d’espaces verts, 50 000 m2 de commerces, 70 000 m2 d’hôtellerie et 160 000 m2 de locaux d’activités.
Le premier des volets d’Euratlantique est Saint-Jean Belcier, d’une superficie de 145 ha, un centre d’affaires à vocation européenne, le quartier de la gare TGV, mais aussi un quartier résidentiel où vont s’ériger près de 300 000 m2 de logements. Une première phase va comprendre la construction de la MECA, la Maison de l’Economie créative de la culture en Aquitaine, 7500 logements, ainsi que 90 000 m2 de bureaux qui accueilleront à terme près de 15 000 nouveaux salariés. Parmi les principales infrastructures prévues au cours de cette première phase, sont programmés le nouveau pont Amédée St-Germain/Armagnac, qui se situera au-dessus des voies ferrées, le futur pont Jean-Jacques Bosc qui reliera Bordeaux et Bègles à Floirac ainsi que trois lignes de transport en commun. Parmi les opérations, le COL a été retenu pour un programme d’habitat participatif de 60 logements, avec un démarrage de cette démarche en septembre 2016.  Saint-Jean-Belcier, c’est aussi et surtout le projet de construction d’un immeuble de 50 mètres en structure primaire bois. Après un appel à projets, deux candidats viennent d’être déclarés lauréats. Kaufman & Broad est lauréat avec Silva, « La Tour de Bois », pour réaliser l’îlot 4.9 du BIO MIN. 18 étages, 50 mètres de hauteur et 80 % de bois, de quoi donner le vertige ! Les deux tiers du programme qui accompagnent la « Tour » vont mettre en œuvre des techniques incluant le bois. L’ensemble est composé de trois bâtiments sur 17 700 m2, dont 14 200 m2 de logements, soit 184 logements : « Un concours sur la réalisation d’une tour de logements en structure primaire bois encourage à innover, à dépasser les limites constructives techniques et réglementaires actuelles et offre l’opportunité de développer des systèmes qui feront école », explique Jacques Rubio, Directeur général Grand Sud-Ouest de Kaufman & Broad. La particularité des logements est qu’elle sera évolutive : les 2-pièces, d’environ 45 m2, disposeront d’un WC indépendant de la salle de bain et certains seront proposés en jumelage pour les faire évoluer en 3 ou 4-pièces. Quant aux 3-pièces, certains seront « access » (58 m2), d’autres « family » (68 m2), avec l’objectif de s’adapter aux budgets de chacun.  L’autre lauréat du moment est Eiffage Immobilier, pour la tour Hyperion, avec 57 m de hauteur et 18 étages pour 160 logements dont 82 dans la tour, 4 000 m2 de bureaux, 500 m2 de commerces ainsi qu’un parking de 160 places en sous-sol de la tour. Première tour à ossature bois en France, Hyperion est un projet bas carbone  grâce à l’utilisation du bois. L’ensemble architectural devrait être livré en janvier 2020 après un démarrage des travaux début 2018. Avec Les Jardins de l’Ars, depuis la place du Marché jusqu’au boulevard des Frères Moga, c’est une séquence particulière de Saint-Jean Belcier qui s’ouvre, celle d’un quartier construit dans un cadre vert, avec notamment la Pelouse des folies, le parvis central, le Bois et la promenade des Berges. Le démarrage des travaux d’aménagement de ce secteur est en cours et devrait se prolonger au cours de l’année 2017. Parmi les promoteurs à lancer une opération dans ce secteur, on peut citer Nexity avec Green Station, Pichet avec Résiden’Ciel ou encore la tour In Nova, neuf étages de bureaux surmontés de sept étages de logements. Saint-Jean Belcier, c’est aussi le fameux ilot 8.2, dit Ilot Armagnac, réalisé par Vinci Immobilier, proposant à la fois des programmes de bureaux, un hôtel et une résidence étudiante de 120 logements. Le permis de construire a été obtenu et tout est précommercialisé à l’exception de la résidence étudiante lancée fin 2016, pour une livraison entre 2018 et la fin du premier semestre 2019.
Le second volet est celui de Garonne Eiffel, sur la rive droite de la Garonne, qui mêlera neuf quartiers anciens et nouveaux au sein d’un projet intercommunal. L’objectif consiste à donner une identité à la rive droite de la Garonne. Ce sont 7 500 logements qui devraient être réalisés sur ce site pour 12 500 futurs habitants sur 127 hectares face au fleuve, à quelques minutes en tramway de la gare TGV. A la tête du pont Saint-Jean et le long du Boulevard Joliot-Curie, le Belvédère est le projet phare de Garonne Eiffel et il accueillera essentiellement des bureaux ainsi qu’une offre diversifiée de logements, de nombreux commerces et services pour animer le quartier. Premier projet de la ZAC Garonne Eiffel à sortir de terre, le Belvédère donnera à voir sur 140 000 m² de surface de plancher à bâtir (dont 71 000 m2 de logements et 35 % à caractère social) le paysage de ce second volet d’Euratlantique. Nexity avec Altarea Cogedim et Pitch Promotion est l’équipe lauréate retenue pour un démarrage des travaux prévu au cours de l’année 2017. Enfin, l’EPA Bordeaux-Euratlantique a bouclé cet été un appel à manifestation d’intérêt portant sur la commercialisation de droits à construire pour une dizaine de lots immobiliers, à destination majoritaire de logement sis sur le secteur Deschamps de la ZAC Garonne Eiffel.
Le troisième volet, Bègles Garonne, s’étendra sur 80 ha sur un kilomètre le long des berges de la Garonne en continuité de Saint-Jean Belcier et constituera la nouvelle entrée Sud de l’agglomération tout en développant l’habitat dans un environnement fait de mixité avec le maintien de TPE et de PME. Avec Bègles Faisceau, le secteur se caractérise par des sites marqués par la désaffection industrielle et, parmi de nombreux projets, l’arrivée de trois lignes à grande vitesse à Bordeaux à moyen terme. Ce qui va donner une dimension européenne à la métropole bordelaise. De plus, jusqu’à 30 000 nouveaux habitants y seront accueillis à terme, avec une offre de logements adaptée, 25 % de locatifs sociaux, 10 % de locatifs intermédiaires, 20 % en accession sociale, 45 % en accession privée. Nouvelle centralité d’agglomération, en choisissant un mode de développement durable cohérent, Euratlantique est tout cela, et encore plus. Par exemple, Mésolia lancera sur la Zac Garonne 22 logements en 2017/2018, pour une livraison en 2020.

")