Enquêtes

Bordeaux Brazza, cœur battant de la métropole

Mardi 3 janvier 2017

Face au quartier des Chartrons et aux Bassins à flot, Brazza est le lien entre la Rive Gauche et le quartier Bastide Niel. Sur 53 ha, ce sont près de 4 500 logements qui y verront le jour au cours de la prochaine décennie.

Bordeaux Brazza, quartier paisible implanté au sein d’une vaste peupleraie, s’inspire des rues minérales du projet Niel et des volumes industriels des Bassins à flot. Orienté à l’ouest sur la Garonne, le secteur s’ouvre à l’est sur une voie ferrée, peu utilisée et appelée à devenir, sur le modèle de New York, une « highline » bordelaise. Façonné par Youssef Tohmé et Michel Desvigne, l’enjeu urbain de Brazza consiste à engager une restructuration urbaine au débouché du pont Bacalan-Bastide mais aussi d’améliorer le maillage vers Bordeaux, Lormont et Cenon.

Premier quartier et volumes « capables »

Pour créer et aménager le macro lot Soferti-Garonne, de 31 500 m2 pour 51 331 m2 de surface de plancher, au sein de Brazza, six opérateurs sont rassemblés autour d’ADIL Sud-Ouest, qui est à la fois coordonateur du groupement et aménageur du macro lot. Ce groupement, baptisé Studio Brazza est composé d’Adim Sud-Ouest (filiale de Vinci), de Kaufman & Broad, d’Eden Promotion, de Crédit Agricole Immobilier, de LesCityZens, de Mésolia Habitat  et des NFU (Nouvelles fonctions urbaines). Le projet comprend la réalisation de deux hôtels, des locaux artisanaux, des bureaux, des équipements sportifs et environ 400 logements.  Trois « lanières vertes » trameront le paysage du quartier et l’on circulera sur des petites ruelles pavées, à l’instar des échoppes bordelaises. Le logement occupera la moitié de l’espace avec différents modes d’habitations : logements en front de Garonne par Kaufman & Broad, pour un lancement commercial proche, un projet d’habitat participatif avec LesCityZens, du logement social par Mésolia Habitat. Une partie des 26 500 m2 de logements seront réalisés par Le Crédit Agricole, Eden Promotion, NFU et LesCityZens,  sous forme de volumes dits « capables » où les occupants pourront eux-mêmes aménager l’intérieur de plateaux ou maisons, permettant ainsi de réduire le prix de vente au m2, jusqu’à 30 % des prix du marché. Les volumes capables (ou à finir) constituent l’une des quatre grandes typologies de bâtiments de Brazza. Ainsi, le Col démarrera les travaux de volumes capables au 2ème trimestre 2017, pour une livraison au cours du 2ème trimestre 2018 et correspondant environ à une vingtaine de logements. Réalisés dans le cadre de l’habitat participatif, cette opération consiste, rappelle le Col, en un « groupement de citoyens inscrivant leur projet particulier dans une démarche coopérative et mutualisée de conception et de réalisation de leur habitat ».
ExterrA par Domofrance lance en précommercialisation, d’ici la fin 2016, l’une des premières opérations de Brazza sous formes de volumes capables. Outre ces logements, l’autre moitié du macro lot comprendra des équipements ludiques, des bureaux, l’installation d’un hôtel Génerator et un parking silo de 550 places. La Halle Soferti, patrimoine emblématique du passé industriel de Bordeaux, à la charpente et à la structure exceptionnelles va devenir un pôle d’attraction de ce nouveau quartier, avec son point culminant à 40 mètres dialoguant en vis-à-vis avec la future Cité des Civilisations du vin prévue sur la rive Gauche, sur le secteur des Bassins à flot. Avec la livraison de l’îlot Soferti en 2017, Brazza devrait poursuivre sont développement jusqu’aux alentours, au moins, de 2020. Le quartier est calibré pour accueillir à terme 8000 habitants, dont 7000 dans des logements collectifs, ce qui induit la réalisation de maisons mitoyennes sur le type d’échoppes. Vinci Immobilier  lance également une opération ambitieuse fin 2016, d’environ 400 logements, le long de la Brazzaligne, cette voie ferrée qui devient un grand espace linéaire sur trois kilomètres, des coteaux à la caserne Niel, sur le modèle de la Highline à New-York. Ce projet le long de la coulée verte, avec des logements dits capables, des logements haut de gammes et d’autres traditionnels, réalisés dans un esprit « nature », seront livrés entre fin 2018 et l’année 2019. En 2017, Altarea Cogedim développera, à son tour, l’une des toutes premières opérations sur le quartier Brazza, « en proposant, souligne Pascale Volbart, sa directrice commerciale, notamment des «volumes capables», logements à des prix très abordables, sous forme de  plateaux simplex ou duplex   « prêts à cloisonner » les équipements intérieurs et la décoration  réalisés  par l’acquéreur ».
D’autres types de logements verront le jour comme les logements collectifs sur pilotis qui seront implantés au sein de jardins. Ces pilotis seront hauts, d’une hauteur comprise entre 4,5 et 5,5 m afin de permettre la circulation et la vie sous les immeubles. S’y ajoutent des échoppes dites du XXIème siècle, à destination de futurs résidants recherchant une maison individuelle avec jardin. 

")