Enquêtes

Beziers

Mardi 15 mars 2011

« Béziers est en pleine mutation depuis 15 ans »


Yves Dimur,
adjoint au maire de Béziers en charge de l’urbanisme

 

Immobilier Mode d'Emploi : Quelles sont les orientations de la ville en matière d’urbanisme ?

Yves Dimur : le Plan local d’urbanisme a été voté en février 2008 mais il est modifiable car il a vocation à nous donner des orientations pour les 15 prochaines années. Il s’ajoute à l’obligation qu’à Béziers de construire chaque année 330 logements, dont 20 % de logements sociaux, un volume calculé à partir de l’évolution démographique de la commune. En matière d’habitat, nous avons plusieurs projets. La Zac de l’Hours, première étape du réaménagement total de l’entrée de ville, a vu l’îlot A terminé avec la réalisation de commerces, de bureaux et de quelques appartements. L’îlot B est entièrement démoli et il comprendra une résidence hôtelière, une résidence senior et deux opérations de promotions en R+2 et R+3, pour une trentaine d’appartements. L’îlot C verra la réalisation de la future cité judiciaire et le début des travaux devrait être lancé à la fin de l’année 2011. Viendront ensuite l’îlot D et E qui regrouperont à la fois de l’habitat social et des logements de promoteurs privés. Au total, ce sont 800 logements qui seront construits dans la Zac, dont 20 % de logement social. Avec la Zac de Bastit, à Béziers Est, confiée à une aménageur privé, le groupe Angelotti, nous en sommes à la troisième tranche et 250 logements sont en cours de réalisation qui seront livrés entre 2011 et 2013. Là aussi, nous imposons 20 % de logements sociaux. Nous nous adressons ici à des primo-accédants et ces logements permettent de fluidifier la chaine du logement. Avec la Zac de Courondelle, en continuité de l’urbanisation ancienne, étendue sur 80 ha, il reste quatre à cinq îlots à commercialiser avec des logements sociaux, des logements collectifs privés et un habitat pavillonnaire, toujours avec 20 % de logements sociaux. N’oublions pas que le programme ANRU nous permet de réaliser un logement pour un logement démoli dans le quartier de la Devèze et ainsi de reloger l’ensemble des familles concernées.

Immobilier Mode d'Emploi : D’autres projets sont-ils en cours ?

Yves Dimur : D’autres projets sont en cours comme la Zac des Grandes Vignes, en continuité de la liaison Béziers-Rougean qui verra la construction de logements collectifs et de l’habitat pavillonnaire pour un lancement d’ici trois ou quatre ans.
Après cette Zac, viendra la Zac de Fonseranes pour laquelle la ville a racheté les terrains. Celle-ci a pris du retard mais ce n’est pas plus mal et nous la phaserons sur une quinzaine d’années. Elle accueillera à terme entre 6 000 et 7 000 habitants. Nous voulons structurer le territoire et c’est pourquoi nous réfléchissons à l’aménagement à l’aide d’une politique de Zac.

Immobilier Mode d'Emploi : Que réalise la ville en matière de réhabilitation ?

Yves Dimur : La Ville de Béziers a fait de la réhabilitation de son centre, un axe majeur de sa politique de développement. L’OPAH « Cœur d’agglo », qui concerne une partie du centre-ville de Béziers en est l’un des exemples. Un millier de logements sont concernés par le Périmètre de restauration urbaine (PRI) pour lequel la Ville a confié à la SEBLi la mise en oeuvre de cette action en utilisant les dispositifs très incitatifs de la loi Malraux. Nous mettons en œuvre les orientations du PLH en réhabilitant les dents creuses. Avec la Zac du Frigoulas, nous allons réhabiliter une dent creuse de l'urbanisation de Béziers ; La Zac s’étendra sur plus de 15 hectares, entre la zone commerciale de la Voie Domitienne, au sud, et le quartier résidentiel de la Crouzette et devrait comprendre 450 logements, dont 20 % de logements sociaux.

 


Immobilier Mode d'Emploi : Béziers est-elle devenue une ville attractive ?

Yves Dimur : Béziers est la ville-centre de la communauté d’agglomération et elle est en pleine mutation. Depuis quinze ans, il y a une continuité dans les projets et nous avons ainsi initié la restructuration du quartier de l’Hours pour réaliser une extension du centre. La réhabilitation du centre Duguesclin va orienter l’habitat vers une cible plus jeune. Nous voulons aussi tenir compte de cette population qui habite en périphérie de Béziers et qui, n’ayant plus leurs enfants à charge, souhaitent se repositionner sur des logements moyen à haut de gamme en centre-ville. Béziers est très demandée.
En atteste l’augmentation de 25 % des permis de construire autorisés en 2010 par rapport à 2009, avec 373 permis de maisons individuelles et 20 en collectifs représentant 508 appartements. En 2011, nous suivrons la même évolution.

")