Enquêtes

Bastide-Niel : le quartier convoité de Bordeaux

Mercredi 17 janvier 2018
Tout est en place pour que la Zac reliant les Bassins à flot à Euratlantique prenne son rythme de croisière. Environ 3 400 logements verront le jour au cours de la prochaine décennie, dont une grande partie orientée vers l'accession classique et l'accession sociale.

Bastide-Niel réécrit la rive droite

 

Entre Brazza et Coeur de Bastide, Bastide Niel va se déployer sur 35 hectares, et comptera à l’horizon 2028, environ 3 400 nouveaux logements, dont 45 % en accession libre, 20 % en accession aidée, 10 % de PLS et 25 % de PLUS/PLAI.

Situé entre la Garonne, l’avenue Thiers et le Quai de Queyries, ce secteur se compose de deux friches ferroviaires et de l’ancienne caserne Niel. Il permettra d’accueillir, dans un environnement où sera aménagé le Parc aux Angéliques, 5 000 habitants environ ainsi que deux groupes scolaires (de 15 et 20 classes), une crèche, un gymnase, un centre de loisirs. Réalisée sous le signe de la mixité, l’opération verra la réalisation de 25 000 m² de commerces, une polarité en termes d’équipements publics d’intérêt d’agglomération (lieu culturel, skate park indoor, pôle d’enseignement supérieur, archives municipales) ainsi qu’une programmation économique avec 30 000 m² de tertiaire et 15 000 m² de locaux d’activités. C’est la SAS d’Aménagement Bastide Niel, outil opérationnel du groupement comprenant Bordeaux Aménagement Métropole (BMA), Aquitanis et Domofrance, qui ont été désigné comme aménageur de la Zac Bastide Niel, avec Winy Maas, (MVRDV) comme architecte urbaniste coordonateur de cette « ville intime ».

 

Premiers programmes

 

Ce périmètre composé pour l’essentiel de friches ferroviaires et militaires comprendra 15 ha d’espaces publics à aménager et 20 ha consacrés aux îlots à bâtir. Il privilégiera les déplacements doux et mettra en place un réseau de chaleur, une couverture des toits et des façades exposés au sud de panneaux solaires ainsi qu’une centrale photovoltaïque. Le projet architectural de 130 îlots est orienté sur des constructions dont les volumétries reposent sur des règles visant à assurer l’ensoleillement ainsi que la ventilation naturelle de l’ensemble des programmes.

 

Entamé en 2007, le projet a connu une accélération en 2014 avec la signature du traité de concession pour 14 ans. L’année 2016 a connu deux grandes étapes : l’approbation du programme des équipements publics par la ville de Bordeaux le 25 janvier, ainsi que le 25 mars, l’approbation du dossier de réalisation de la Zac par Bordeaux Métropole, ouvrant la voie à l’aménagement de la Zac. La métropole a donc lancé des projets pilotes, l’objectif poursuivi étant le développement d’opérations exemplaires, s’inscrivant dans la dynamique mise en place par le démarrage de projets tels que Darwin - « l’écosystème de la caserne Niel » - ou les archives municipales.

 

L’objectif de la Zac est de réaliser des projets exemplaires, à l’instar de l’îlot Queyries, qui couvre une superficie de 2,2 ha à vocation de logements. Pilotée par la SEM Bordeaux Métropole Aménagement, cet îlot verra la réalisation de 448 logements, dont 35 % de logements locatifs sociaux, 20 % en accession modérée et sociale et 45 % d’accession libre, ainsi que des commerces de proximité.

 

Dans le secteur, Kaufman & Broad y réalise une résidence gérée hôtelière de 140 chambres, quatre bâtiments de 60 à 80 logements chacun, en logements libres à 4 700 €/m2 (hors parking) et en accession maîtrisée à 3 000 €/m2 (hors parking). Le promoteur lance la première tranche de la Résidence Riveo, avec des logements libres à 4 500 €/m2 et des logements abordables en accession maîtrisée à 3 000 €/m2. L’emplacement, face au Quai Louis XVIII, est l’une des valeurs ajoutées de cette opération d’ampleur, dont l’ensemble comprendra 400 logements, pour une première livraison attendue en juillet 2018, la seconde étant attendue au cours de l’été 2019. 

 

         

 

Parmi les opérateurs présents, c’est dans Le Coeur de Bastide, devenu en quelques années un quartier où se côtoient résidences et équipements emblématiques comme le Pôle universitaire de gestion, qu’Axanis réalise une opération d’habitat Participatif, le projet Paul Boncour, avec 12 logements qui seront livrés courant 2018.

 


➔ Découvrez en détail le quartier Bastide-Niel. 

➔Enfin, pour découvrir les autres enquêtes de la métropole, téléchargez gratuitement l’édition de Bordeaux !


 

")