Enquêtes

Arcachon, l’offre se raréfie autour du bassin

Lundi 21 octobre 2013
Sur le bassin d'Arcachon l'immobilier est largement tributaire de la rareté, et du prix du foncier. Si quelques programmes en diffus peuvent être lancés, les opérations d'ensemble, à l'exemple de deux projets à La Teste de Buch, font aujourd'hui figure d'exception .

Arcachon, l’offre se raréfie autour du bassin


Sur le bassin d’Arcachon l’immobilier est largement tributaire de la rareté, et du prix du foncier. Si quelques programmes en diffus peuvent être lancés, les opérations d’ensemble, à l’exemple de deux projets à La Teste de Buch, font aujourd’hui figure d’exception .

Article complementaire sur le bassin d'Archachon : Le bassin d'archachon un marché limité


Avec l’aménagement de la ZAC Cœur de Ville, réalisé par Eiffage Immobilier sous une appella- tion, la « Ville d’Été », qui marque bien la vocation de la cité balnéaire, les opérations susceptibles de développer une offre conséquente de loge- ments sont devenues denrée rares. Au centre d’Arcachon, la « Ville d’Été » représente 300 lo- gements, 5 000 m2 de surfaces commerciales, avec un marché couvert, un cinéma multiplex, un parking de 600 places, des espaces publics. Une opération de qualité, dans l’esprit de l’architec- ture arcachonnaise traditionnelle, qui a pu voir le jour grâce à la libération d’un foncier particulière- ment bien situé. Les nouveaux programmes commercialisés sur Arcachon ville sont d’une ampleur nécessai- rement plus limitée, même s’ils obéissent à la même exigence de qualité. C’est le cas pour Seixo Habitat avec « Villa Marine », Kaufman & Broad avec « Villa Arte », Européan Home avec « Areka » ou Sefiso Atlantique avec « Villa Chloée ». Seule exception, le programme « Songe d’une Ville d’Eté » ; développé par Cogedim, dans le prolongement et le style de l’opération du même nom, avec une touche art déco marquée, qui représente 117 logements, dont 18 logements sociaux, avec une livraison prévue pour le qua- trième trimestre 2015.

 


Le premier écoquartier du bassin

 


Le niveau de prix sur les secteurs les plus prisés, 5 000 à 9 000 euros parfois pour les meilleurs emplacements avec vue sur le bassin, limite iné-
vitablement l’accès au logement, alors même que des besoins existent pour la population en- dogène. Des besoins auxquels les collectivités ne peuvent répondre que de manière limitée, et toujours en fonction du foncier dont elles disposent. Sur la commune d’Andernos, ou Aquipierre et Seixo Habitat viennent par ailleurs de réaliser chacun une opération d’une vingtaine de logements, le site du Matoucat pourrait à terme faire l’objet d’un aménagement permettant la construction de 350 logements. Le projet est à l’étude. La Teste-de-Buch a joué la carte de la revitali- sation avec l’Espace Captal, 168 logements et des commerces réalisés par le groupe Pichet. La Teste-de-Buch se distingue aussi par deux opé- rations d’une envergure certaine. Dans le cadre d’un PPP (partenariat public privé) signé avec le Crédit Agricole et Leasing & Factory, concer- nant la requalification de son hyper-centre avec la construction d’un nouvel hôtel de ville, 130 logements, sociaux et destinés au marché libre, sont réalisés par Bouygues Immobilier grâce à la valorisation du site de deux écoles. Mais un autre projet majeur est en cours de lan- cement à La Teste grâce au départ du centre hospitalier Jean Hameau qui permet de libérer 13 hectares de foncier pour réaliser le premier écoquartier du bassin. Confié à Altaréa Cogedim, l’écoquartier Le Pyla permettra la construction de 450 logements, petits collectifs, habitat intermédiaire et maisons individuelles. Le début des travaux est prévu pour la mi-2014. n

")