Enquêtes

Anglet

Vendredi 14 octobre 2011
L'aménagement de l'éco-quartier du Maharin illustre la volonté de la ville de développer une offre de logements accessibles dans le cadre d'une stratégie d'urbanisme respectueuse des principes du développement durable.

Un parc habité au cœur de la ville.

Le 29 septembre dernier, le conseil municipal validait le projet de réalisation de l’éco-quartier du Maharin. Confronté à une croissance démographique non négligeable, la troisième ville du département, forte de ses 38000 habitants est confrontée à des besoins en logements conséquente.

Le futur quartier du Maharin, labellisé dans le cadre de l’appel à projets « Quartiers durables d’Aquitaine »,  représente une réponse cohérente dans le cadre d’une  stratégie d’urbanisme adaptée. Pour Jean-Pierre Voisin, adjoint au maire chargé de l’urbanisme, les enjeux liés à la création de ce nouveau quartier sont triples. «Créer de nouveaux logements, accessibles au plus grand nombre et notamment aux habitants d’Anglet, avec une densité acceptable, prendre en compte les  questions des déplacements en maîtrisant la présence de l’automobile, gérer la question hydraulique avec la prévention des inondations, le tout dans le respect des principes du développement durable ».

Situé au cœur de la ville, le secteur du Maharin, qui représente 9 hectares de réserves foncières, est en effet une véritable «friche verte », traversée par le cours d’eau du même nom. Le projet d’aménagement, confié à l’agence d’urbanisme BNR (Babled, Nouvel, Reynaud), prévoit la réalisation d’un véritable «parc habité ». L’ensemble s’organise autour de sept îlots, qui représentent au total 21 000 m2 de surface constructibles, pour environ 280 logements, soit 36 logements à l’hectare, avec 40% de logements locatifs sociaux, 20% d’accession sociale à la propriété et 40% destinés à de la promotion privée à « prix maîtrisé ». Un « anneau » d’habitat, avec une majorité de bâtiments en R+1, certains en R+2, exceptionnellement en R+3 sur le pourtour, sera tourné vers les espaces naturels de la plaine, en intégrant habitat intermédiaire et individuel groupé. A l’intérieur de celle-ci, un ensemble de volumes compact en R+3, sera organisé autour d’un atrium.

Traitement paysager

Le quartier sera ouvert avec parcimonie à la voiture, en privilégiant les circulations douces avec un maillage de voies piétonnes et cyclables. La voirie, les parkings et l’ensemble des espaces publics feront l’objet d’un traitement paysager en conservant le caractère naturel du site. Les transports collectifs seront par ailleurs privilégiés. 80% du site sera constitué d’une zone naturelle, permettant de préserver la biodiversité, avec un réaménagement du ruisseau du Maharin, et de créer un parc de 7 hectares à destination des habitants. Le choix des opérateurs, promoteurs et bailleurs sociaux interviendra au premier trimestre 2012 pour un début des constructions en septembre 2013.

Autre projet en cours de préparation, l’aménagement du secteur Houndaro, un foncier de plus de 5 hectares, acheté par Alternative Foncière, filiale du Crédit Agricole, spécialisée dans le montage et l’aménagement de foncier.

L’opération prévoit la construction d’environ 180 logements, dont 40% de logements sociaux, le reste étant destiné au secteur libre dont une partie à prix maîtrisé, destinés prioritairement à une clientèle locale en résidence principale. Le programme prévoit de l’habitat  individuel et des petits collectifs en R+3 maximum. Les logements locatifs sociaux seront rétrocédés à deux  bailleurs sociaux, Office 64 et Domofrance, et les logements en accession sociale à Pro Civis, filiale du Crédit Immobilier. Le site doit également accueillir un centre de soins spécialisé de moyen séjour. Les aspects environnementaux demeurent là aussi prioritaires, avec une large place accordée aux espaces naturels, l’utilisation de matériaux éco-compatibles et une desserte par transports en commun. Le démarrage des travaux est prévu pour la fin de l’année.

Requalification des espaces publics

A côté de ces opérations, d’autres projets doivent permettre d’accroître l’offre en logements. L’avenue de Bayonne, axe stratégique pour Anglet mais aussi pour toute l’agglomération est ainsi aujourd’hui concernée par trois projets immobiliers, relevant de la même logique de mixité sociale et fonctionnelle. 400 logements sont prévus, dont 60% environ de logements sociaux, dans ce secteur. Deux opérations sont ainsi menées par le groupe de promotion Alday, avec deux immeubles représentant 207 logements dont 64 locatifs sociaux, et le COL, coopérative de logement HLM, avec trois immeubles représentant 87 logements, locatifs sociaux ou en accession sociale. Une autre opération de 120 habitations  sociales doit être engagée, à proximité, sur l’îlot Bovero. Enfin un aménagement urbain témoigne de la volonté de la ville de valoriser l’espace public, il s’agit de la requalification de la place de la Bécasse, cœur du quartier Blancpignon. A côté des interventions concernant la place elle-même, le programme comprend la création d’un espace d’animation, « Le Sémaphore », avec des commerces et des locaux associatifs, et la construction de deux immeubles d’habitat social.

")