Dossiers

Toulouse : le 1er appartement du futur grandeur nature

Lundi 17 juin 2019
Le Salon du logement neuf 2019 de Toulouse a été marqué par une nouveauté qui a suscité la curiosité et l'intérêt de nombreux visiteurs : le Logement du Futur. Près de 1 300 visiteurs ont pu découvrir l'ensemble des technologies présentes dans cet appartement de 70 m² conçu spécialement pour l'événement, sur une idée originale insufflée par la FPI Occitanie Toulouse Métropole. À ce jour, c'est la première fois qu'un logement intelligent de la sorte est présenté au grand public sur un salon immobilier.

Salon du logement neuf de Toulouse : immersion inédite au coeur d'un appartement du futur

 

 

 

La construction relève d’un exploit, menée à bien par deux orchestres, la société DomoCenter, expert en architecture connectée et Imagin’Expo, aménageur de salons et spécialiste en création de stands, « sous la baguette » de l’agence Bienvenue à Bord organisatrice du Salon pour le compte de la FPI Occitanie Toulouse Métropole.

 

En effet, seulement 4 jours ont été nécessaires pour arriver au résultat final, un appartement complet, décoré et entièrement connecté : « Nous avons réalisé un logement, un 3 pièces de 70 m² aménagé du sol au plafond et équipés de nombreux capteurs pour permettre des charges à inductions sur le plan de travail, des plafonds rayonnants, des  portes de placards chauffantes, des capteurs évolutifs proposant une luminosité atténuée la nuit, des capteurs de présence pour optimiser les économies d’énergie, des rideaux et stores motorisés, des enceintes invisibles, une ouverture par reconnaissance vocale… », explique Christophe Combe, commissaire général du Salon du logement neuf de Toulouse.

 

 

Immersion au coeur du futur « accessible »

 

Intelligent, le Logement du Futur est capable de reconnaître l’habitant par empreinte digitale, reconnaissance faciale et vocale. Sécurité oblige, toutes les empreintes de ses occupants sont enregistrées et nécessaires pour «déverrouiller » le Logement.

Ainsi, la distinction entre un enfant et un adulte est possible et permet de bloquer certaines fonctions dont l’allumage d’appareils électroménagers potentiellement dangereux tel que le four, par exemple.

 

La cuisine, aux lignes contemporaines, est équipée d’un plan de travail intelligent truffé de capteurs de commande invisibles. Fini les câbles de recharge, il suffit de poser son Smartphone sur le plan de travail, dans une zone définie, pour qu’il se recharge par induction. L’évier dispose quant à lui, d’un détecteur de fuite d’eau tandis que les meubles, eux aussi intelligents, utilisent la reconnaissance vocale pour s’ouvrir et se fermer.

 

Côté salon, c’est une véritable expérience visuelle et sonore, à la hauteur d’une salle de cinéma, que le visiteur a pu découvrir. Un écran surgit d’un meuble télé sur commande et disparaît à souhait. Des enceintes acoustiques en verre, doublées d’un plafond duquel s’échappent des sorties sonores, projettent l’intéressé dans un environnement audio de grande qualité. Exit les radiateurs traditionnels, le plafond réalise cette fonction de manière pratique et esthétique.

 

De cette pièce, le visiteur accède à la chambre du futur. Majestueux, un lit baldaquin nouvelle génération se dresse au milieu de la pièce (exclusivité nationale, tout droit venue de Milan).

Tout le potentiel du meuble réside dans son intelligence : véritable coach en sommeil et en santé, il suit les habitudes de son propriétaire et le conseille sur les manières de les améliorer. Le lit est configurable et commandable par le biais d’une application, d’une montre connectée, d’un Smartphone mais aussi par la reconnaissance vocale.

 

La salle de bains s’adapte quant à elle à l’horaire à laquelle l’habitant l’utilise. La lumière se module seule selon les moments de la journée pour offrir un confort d’usage maximal. Le matin, un écran miroir diffuse des informations en temps réel telles que l’état de circulation, les nouvelles ou la météo.

 

Pour finir, les visiteurs ont eu l’occasion de prendre en considération tout le potentiel de la reconnaissance vocale. Une fois certains mots clés énoncés, plusieurs fonctions de l’appartement

s’activeront simultanément : extinction des lumières, fermeture des rideaux, hausse de la température du chauffage.

 

 

 

L’interopérabilité, le concept clé 

 

Outre l’objectif de rassembler le plus grand nombre de technologies « futuristes », certes  commercialisées mais pas encore largement répandues dans les foyers, l’enjeu fut de démontrer toute la « magie » de l’interopérabilité. Le concept désigne l’interaction et la communication de différentes technologies et d’objets connectés entre eux, de façon à permettre à l’habitant de commander son logement facilement à l’aide d’un seul outil (tablette ou smartphone).

 

 

« Les systèmes doivent communiquer entre eux sans requérir à de multiples télécommandes et à autant d’applications tout en étant évolutifs. Un logement hyper connecté doit être étudiée en amont pour être intelligemment câblé, avec un réseau wifi étudié qui propose débit et fluidité. La mise en place d’un système domotique permet d’automatiser son habitation (fonction portier, vidéophonie, portail, garage et arrosage), de centraliser l’électricité de l’habitation en installant une infrastructure de câblage permettant de modifier l’agencement ou les fonctions disponibles dans les pièces selon les besoins de la famille » explique Stéphane Aubay, Président de la FPI Occitanie Toulouse Métropole.

 

 

Les visiteurs ont ainsi découvert différents scénarios de vie dont l’accès au Logement (disparition des clés traditionnelles au profit de la reconnaissance faciale, vocale et à empreinte digitale), la différenciation des habitants du logement (blocage de certaines fonctions pour les enfants), des scènes de lever et de coucher programmables selon les habitudes des habitants ou encore un mode « cinéma », illustrant concrètement le principe d’interopérabilité (fermeture des rideaux, extinction des lumières, démarrage de la sonorisation dans le plafond, apparition d’un écran télé).

 

 

L’évolution des usages

 

L’équipe de la Maison Intelligente de Blagnac, les chercheurs de l’Institut de Recherche en Informatique de Toulouse (IRIT) et du Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes (LAAS CNRS) ont mis toute leur expertise sur les sujets du maintien à domicile dans la seconde chambre et dernière pièce du Logement du Futur : « Nous avons conçu une chambre modulable et installons une configuration pour les personnes à mobilité réduite. Les possibilités sont innombrables, comme la pose de capteurs sur les coussins pour vérifier si la personne s’est levée la nuit ou la possibilité de la prévenir en cas de réception du courrier ».

 

Les visiteurs ont eu l’occasion de découvrir différents scénarios de vie auxquels les personnes à mobilité réduite peuvent être confrontées. Une montre spéciale dont est équipé le sujet âgé, déclenche par exemple un message sonore rassurant lui  expliquant que les pompiers sont prévenus et déverrouille les portes pour leur permettre l’accès. Le lit, se met automatiquement en position et un tapis connecté, par la détection du lever de l’habitant, commande instantanément la lumière. Ici encore, les radiateurs ont disparu du paysage. Place aux placards chauffants !

 

 


Plus d’informations sur salondulogementneuftoulouse.com


")