Dossiers

Eau, Air, Vent, Sources D’énergies Renouvelables Pour les Cas Isolés

Vendredi 1er janvier 2010

Si vous habitez un site isolé non desservi par le réseau de distribution électrique, des énergies renouvelables (solaire, hydraulique mais surtout éolienne) sont disponibles. Des techniques aujourd’hui simples et fiables permettent d’exploiter ces gisements et d’alimenter une ferme, un refuge en montagne... sans pollution et sans rejet de gaz à effet de serre.

 

Des solutions en cas de raccord ou non au réseau de distribution électrique

Les ressources renouvelables en énergie sont disponibles partout sur notre territoire. Elles sont fiables, durables, inépuisables et gratuites. Le rayonnement solaire, la force du vent ou de l’eau ne s’épuisent pas quand on les utilise. Les pollutions que génèrent leur transformation sont limitées, voire nulles.
Ainsi, vous n’êtes pas raccordé au réseau de distribution électrique. Vous n’envisagez pas d’en faire la demande : c’est cher et, dans certaines situations, techniquement difficile voire impossible. Et pourtant l’électricité vous est indispensable. Quelles solutions s’offrent à vous pour disposer quand même du courant ? Vous pouvez bien sûr utiliser un groupe électrogène thermique : peu onéreux à l’achat, il est de taille réduite et peut être installé partout. Mais à l’usage, il se révèle peu pratique (démarrage et arrêt du moteur à chaque utilisation, entretien, stockage et manipulation de carburant), coûteux (au moins 2 300 € par an en fonctionnement et maintenance) et polluant (bruit, gaz d’échappement). Mais il existe aussi des solutions souples et fiables, non polluantes et peu coûteuses à l’usage. Elles font appel aux sources d’énergie disponibles autour de vous : le soleil, le vent et l’eau. Même si vous êtes raccordé au réseau, vous pouvez vous équiper de modules photovoltaïques et revendre votre production à la compagnie d’électricité. L'achat de certains équipements de production d'électricité à partir des énergies renouvelables peut donner droit à des aides financières (crédit d'impôt).

Des batteries sont nécessaires pour stocker l’énergie
Selon la ressource exploitée, on utilise des modules photovoltaïques, un aérogénérateur (ou éolienne), version moderne du moulin à vent, ou une turbine hydraulique, version moderne du moulin à eau. Les modules photovoltaïques transforment directement la lumière solaire en électricité. Le vent et l’eau provoquent une rotation des pales de l’éolienne ou de la turbine, reliées à une génératrice. Celle-ci convertit l’énergie mécanique en courant électrique. Le courant produit doit être modifié pour être utilisé. C’est ainsi que le redresseur transforme le courant alternatif en courant continu, seule forme susceptible d’être stockée dans les batteries. L’onduleur transforme le courant continu en courant alternatif afin d’alimenter les appareils électriques de votre habitation. L’onduleur sert aussi à supprimer les variations d’intensité dues aux intermittences de la ressource. L’énergie hydraulique demande en général des investissements plus lourds que les énergies photovoltaïques et éoliennes, mais elle est adaptée pour alimenter un atelier, une ferme, un refuge ou un hameau.
Soleil, vent et eau sont des sources d’énergie intermittentes. Il faut donc prévoir de stocker l’électricité quand la production est supérieure à la consommation. Le stockage se fait dans des batteries d’accumulateurs. La capacité de stockage utile est calculée en fonction du nombre de jours d’autonomie nécessaire. Un appoint peut être nécessaire si les sources d’énergies renouvelables font défaut pendant un certain temps. Un groupe électrogène peut alors servir à recharger les batteries. Il peut aussi délivrer directement du courant au cas où...
Les batteries sont le « maillon faible » de telles installations. Eléments les plus fragiles, leur longévité est la moins grande (de cinq à huit ans). Leur remplacement représente une part importante des frais de maintenance. Aussi faut-il utiliser des modèles bien adaptés à votre type d’installation. Un régulateur prolonge la durée de vie des batteries en évitant les décharges profondes et les surcharges. Les batteries contiennent du plomb et de l’acide. Leur recyclage en fin de vie est indispensable pour éviter des pollutions dangereuses (Source : Ademe).
Comment faire un choix entre l’éolien et le photovoltaïque ?
Il faut savoir que le kilowattheure éolien revient moins cher à produire que le kilowattheure solaire dès que le vent est suffisant. Le photovoltaïque est mieux adapté aux faibles puissances (moins de 2 kW).
L’équipement solaire est moins exigeant pour son site d’implantation.

Des aides financières possibles
Vous pouvez obtenir des aides financières pour électrifier un local à condition qu’il s’agisse de votre résidence principale, un bâtiment à usage professionnel ou un local à vocation touristique.
Si votre mairie vous accorde l’autorisation d’électrifier le site, vous devez accepter le mode d’électrification et la participation financière qui vous sont proposés.

Avantage : le coût de l’électrification par énergies renouvelables est 15 % moins cher que celui du raccordement au réseau.

A qui demander des aides ? Selon l’endroit où vous vivez, vos demandes de financement n’auront pas les mêmes destinataires, le montant des aides ne sera pas le même :

• Si vous habitez sur un territoire en régime rural d’électrification, votre générateur peut faire l’objet d’un dépôt de demande de financement au FACE (cet organisme ne se réunit que tous les quatre mois pour statuer sur les dossiers, et sa réponse demande en moyenne deux mois). Dans ce cas, les aides proviennent : du FACE (65 % du montant de l’assiette finançable TTC), éventuellement de l’Ademe et enfin de la commune (récupération de la TVA) ;

• Si vous êtes sur un territoire en régime urbain, faites une demande de subvention à l’Ademe et à EDF. Les aides proviennent alors : d’EDF (35 % du montant de l’assiette finançable HT), de l’Ademe (35 % du montant de l’assiette finançable HT).

Des aides complémentaires peuvent exister dans certaines régions, provenant de l’Union européenne, du conseil régional ou du conseil général.
Le reste de l’investissement est à votre charge, avec un minimum de 5 % de l’assiette finançable.
Pour vous renseigner sur l’assiette finançable, sur les aides en Corse et dans les DOM, contactez l’Ademe.
S’adresser aux bons interlocuteurs
Faites votre demande d’électrification, par courrier, au maire de la commune. C’est lui qui agréera votre demande. Un point important : le maître d’ouvrage de votre installation sera soit votre syndicat d’électrification (ou exceptionnellement votre régie communale d’électricité) en zone rurale, soit EDF en zone urbaine. Il pourra s’adjoindre les services d’un bureau d’études spécialisé pour mener le projet ; ce bureau sera alors maître d’œuvre.
Le tout est de s’adresser aux bons interlocuteurs : Contactez l’Ademe, EDF ou le syndicat local d’électrification.
Avant toute chose : vérifier que le raccordement au réseau coûte effectivement plus cher que l’installation d’un générateur basé sur les énergies renouvelables. Le maître d’œuvre se charge de ce chiffrage. Vous prenez connaissance de la solution technique proposée (il peut y en avoir plusieurs) et de la participation financière qui vous est demandée. Le maître d’ouvrage fait les demandes de participations financières auprès des partenaires concernés. Après obtention de votre accord et de celui des partenaires financiers, les travaux peuvent commencer.

Un contrat avec EDF
L’entreprise, choisie par le maître d’ouvrage et contrôlée par le maître d’œuvre, réalise les travaux. Elle met en place le générateur. Vous réalisez (ou faites réaliser) votre installation électrique intérieure. Vous demandez sa vérification au Consuel (Comité national pour la sécurité des usagers de l’électricité) qui vous délivre un certificat de conformité. EDF, en général concessionnaire du générateur, passe avec vous un contrat qui stipule les conditions de fourniture d’électricité.
Et après ? Dans le cadre du contrat, EDF entretient et dépanne votre générateur. La facturation de l’électricité s’effectue au forfait. EDF renouvelle également les batteries d’accumulateurs quand elles arrivent en fin de vie.

")