Actualités

Toulouse, ville verte

Mercredi 13 mars 2019
Toulouse, ville verte
Jean-Luc Moudenc, Maire de Toulouse, Président de Toulouse Métropole, et Annette Laigneau, Adjointe au Maire en charge de l'urbanisme ont présenté lundi 11 mars, le projet urbain « Toulouse ville rose, ville verte ».

Conçu au terme d'une phase de concertation, le projet urbain toulousain se décline autour de 5 grand thèmes : Nature en ville, Mobilité, Cadre de vie, Patrimoine et Economie.
Il a pour priorités de conforter l'identité des quartiers de la ville et de mieux accompagner son développement au bénéfice de la qualité de vie des habitants. D'une manière plus globale, ces grandes résolutions visent à pérenniser l'attractivité de Toulouse et à dessiner une vision urbaine d'avenir.

Développer la nature en ville

 

Le projet urbain toulousain identifie différentes actions pour développer la nature dans la ville en répondant à deux enjeux : le besoin de nature des toulousains, qui voient la ville s’agrandir et les espaces verts s’éloigner, ainsi que le défi climatique.

 

Concrètement la ville de Toulouse prévoit la création de cinq « Grands Parcs », le renforcement de liaisons végétales et paysagères et la multiplication de jardins de proximité.

 

 

Les « Grands Parcs » à travers la ville

Ce premier projet consiste en la mise en valeur des cours d’eaux qui traversent la ville : l’Hers, la Garonne, le Touch, les canaux du Midi/Birenne/latéral, les coteaux de la Margelle (ancien lit de la Garonne). Ils totalisent 62km dans la ville :

 

1.     Grand Parc du Touch (Ouest) : 6,5km en lisière du pôle aéronautique.

Lien naturel entre la base de la Ramée et la Garonne, ce parc se trouvera au milieu des deux futures stations de la 3èmeligne de métro « : « Jean Maga » et « Airbus Saint-Martin ».

 

2.     Grand Parc Margelle (Sud-Ouest) : 8km entre les quartiers de Fontaine Lestang et Purpan.

Méconnue, cet espace relie les châteaux de Candie, Reynerie, Mirail et le jardin du Barry (quartier La Cartoucherie) ainsi que plusieurs grands équipements tels que l’hôpital de Purpan, le Zénith, l’hippodrome de la Cepière, l’université Jean-Jaurès...

 

3.     Grand Parc Garonne (Sud) : 16km entre les coteaux de Pech David et la base verte des Quinze Sols à Blagnac.

Le projet englobe les coteaux de Pech David, bientôt doté d’un téléphérique, l’Oncopole, le projet du Parc du Ramier, la future station de la 3èmeligne de métro « Sept Deniers » ou encore la ZAC Garonne. 

 

4.     Grand Parc Canal (Nord) : 18,5km de l’Université Paul Sabatier au quartier de Lalande.

Les grands canaux qui composent Toulouse vont être revalorisés ainsi que leurs berges et les lieux singuliers qui les jalonnent : écluse de la Glacière, Ponts Jumeaux, Bassin des Filtres, parvis de la Gare Matabiau, Port Saint-Sauveur, cales de Badoub... 

 

5.     Grand Parc de l’Hers (Est) : 13,5km entre la ZAC Malepère et le quartier des Argoulet.

La vallée de l’Hers retrouvera un lien privilégié avec le cours d’eau l’Hers, aujourd’hui masqué par le périphérique. 

 

 

Ces cinq projets donneront la part belle à des réseaux de déplacements doux communaux et intercommunaux. 

 

 

Renforcer les liaisons végétales

Pour compléter la végétalisation de la ville, le projet prévoit le développement de liaisons vertes d’Est en Ouest. Ces itinéraires prendront la forme de contre-allées, de larges trottoirs, de boisements le long des voiries dont les usages seront orientés pour les piétions et les cyclistes.

 

Plusieurs liaisons sont concernées : la continuité périphérique nord, Garonne et Maourine, la continuité Jaurès et Argoulet, Paul Sabatier et La Terrasse, ligne C...

 

 

Multiplier les jardins de proximité

Complémentaires aux Grands Parcs, les jardins de proximité ont vocation de rendre la vie citadine plus agréable d’un point de vue environnemental, social et esthétique. 

Le projet prévoit l’implantation d’espaces verts publics de proximité sur les secteurs d’accueil de nouveaux habitants. 

 

Le projet urbain prévoit, par ailleurs, l’augmentation du nombre d’arbres en ville avec un objectif de 60 000 plantations d’arbres d’ici 2030 sur le territoire toulousain. 

 

Les nouvelles constructions, régies par le PluiH, devront intégrer davantage d’espaces verts collectifs (jardins privés, communs...). La Mairie de Toulouse poursuit cette démarche en préconisant d’autres formes d’espaces naturels tels que les murs végétaux et les toitures végétalisées.

 

 

L’ensemble des projets évoqués ci-dessous ont été pensés pour leur rôle climatique sur la ville, dont notamment son rafraichissement naturel. En effet, le rejet de vapeur d’eau et l’ombre des végétations créerons des « ilots de fraicheurs », utiles en période de grandes chaleurs. 

 

")