Actualités

Toulouse, lancement officiel des Halles de la Cartoucherie

Mercredi 23 mai 2018
Toulouse, lancement officiel des Halles de la Cartoucherie
C'est sur les anciennes halles de la Cartoucherie, symbole du passé industriel de Toulouse, que vient d'être lancé concrètement le Tiers-lieu par Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et Président de Toulouse Métropole, entre les quartiers de Purpan et Pâte d'Oie.

Jean-Luc Moudenc lance officiellement le Tiers-Lieu

Ce lieu proposera plus de 15 000 m2 d’activités culturelles (cinéma, salle spectacle, centra d’art, librairie), sportives (escalade, parkour, crossfit, squash..) mais aussi gastronomiques avec 26 restaurants et enfin tertiaires avec des bureaux partagés. Conçues avec une architecture qui laisse « la parole à l’initiative », le Tiers-Lieu concilie économie et écologie, s’ouvrant la diversité sociale et culturelle avec une gouvernance partagée. Côté calendrier, le permis de construire sera déposé cet été, pour un démarrage des travaux programmé en 2019. L’ouverture du Tiers-Lieu devrait avoir lieu dans le courant du 1er semestre 2020. En exclusivité, Jean-Luc Moudenc a répondu aux questions d’Immobilier Mode d’emploi. 

 

« La Cartoucherie avait besoin d’un pôle d’attractivité majeur »

 

La naissance d'un espace commun unique à Toulouse

Immobilier mode d’emploi : Vous avez tenu une conférence de présentation - le 14 mai dernier - du projet de Tiers-Lieu. Pouvez-vous expliciter ce concept ? 

 

Jean-Luc Moudenc : Le Tiers-Lieu c’est une nouvelle manière de « faire et de vivre la Ville ». Il s’agit d’apporter de la vie culturelle, de l’activité économique, de créer une identité de quartier avant que les nouveaux habitants ne viennent s’installer et éviter ainsi la création de quartiers sans âme. En résumé, nous anticipons pour rassembler les conditions d’une qualité de vie authentique et d’un lien social fort. Il s’agit d’un projet audacieux construit sur un socle de valeurs autour de l’innovation sociale et la transition écologique qui s’insère dans un éco-quartier, lui aussi innovant, et qui préfigure le développement urbain de demain. 

 

IME : Etaient réunis l'adjoint en charge de la culture mais aussi en charge du commerce, l'adjointe en charge de l'urbanisme ainsi que le PDG d'Oppidea. Quel est le lien entre ces différents domaines ?

 

Jean-Luc Moudenc : Ce Tiers-Lieu est un lieu de vie par définition hybride, qui jette des passerelles entre différentes activités pour renforcer tout à la fois vivre-ensemble, coopération économique et vitalité culturelle. Ainsi, sur 15 000 m² émergeront 5 pôles d’attractivité autour d’une halle gourmande dédiée à la gastronomie et la restauration, d’un pôle santé / bien-être, d’un cinéma, d’un pôle culturel et d’espaces de travail (en co-working). Autant d’activités qui ont vocation, non pas à simplement cohabiter, mais à créer une véritable symbiose entre-elles. 

 

IME : Pourquoi un tel projet précisément sur La Cartoucherie ? 

 

Jean-Luc Moudenc : Quartier en devenir, la Cartoucherie avait besoin d’un pôle d’attractivité majeur à la hauteur du développement que connait ce quartier, et qui rayonne au-delà dans tout Toulouse. C’est aussi un geste fort de réhabilitation du patrimoine industriel toulousain. Une nouvelle vie va ainsi réinvestir ces lieux chargés d’histoire, à l’instar de que ce nous avons fait avec la Manufacture des Tabacs ou les Abattoirs pour ne citer que deux exemples emblématiques de reconversion pleinement réussie. 

 

IME : Quels sont les projets significatifs à venir en matière de logement sur La Cartoucherie ?

 

Jean-Luc Moudenc : D’ici la fin de l’année, 6 programmes supplémentaires de la phase 1 seront livrés : 3 programmes de logements et 3 programmes tertiaires, dont les futurs sièges régionaux de Bouygues Immobilier et Eiffage Immobilier. D’ici la fin de l’année 2018, il est prévu l’attribution de 2 lots mixtes représentant 318 logements. 

Aujourd’hui, le quartier vit déjà puisque la Cartoucherie accueille plus de 800 habitants, 1800 étudiants ou stagiaires de l’Ecole régionale de santé et plus de 300 salariés. Les espaces publics continuent de se développer : dès le mois de septembre, les habitants pourront profiter de la promenade des sports, et les premiers commerces de proximité ouvriront à la fin de cette année. Dans la foulée, en tout début d’année 2019, les élèves du quartier pourront investir leur nouvelle école Geneviève Anthonioz-de-Gaulle et ses 18 classes maternelles et élémentaires.

")