Actualités

Le futur visage de Toulouse

Vendredi 3 mars 2017
Annette Laigneau, Vice-présidente de Toulouse Métropole et Adjointe au maire de Toulouse, inaugurera le Salon du Logement Neuf de Toulouse le samedi 11 mars prochain. À cette occasion, elle nous explique les grandes lignes du projet d'urbanisme de Toulouse qui dessinera le nouveau visage de la ville dans les années à venir.

Urbanisme de projet et densité modérée pour valoriser le bien-vivre toulousain

 

Guide du Visiteur : Pourquoi la métropole toulousaine est-elle aussi attractive ?

Annette Laigneau : La métropole accueille entre 8 000 et 9 000 habitants supplémentaires chaque année, et nous nous devons de mettre en place une politique d’accueil qui soit à la hauteur de cet enjeu. Cet apport de population, sans oublier un solde naturel positif, est associé, et c’est fondamental, à un développement économique porteur de créations d’emplois.

L’atout majeur de Toulouse réside dans la mise en valeur du bien vivre, cette qualité de vie qui se concrétise par la valorisation du patrimoine, les centralités de services et de commerces, le développement de la mobilité.

 

Guide du Visiteur : Comment accompagnez-vous ce développement ?

Annette Laigneau : Ceci passe d’abord par des opérations d’embellissement et de requalifications des quartiers et faubourgs dans le cadre de la démarche « Cœurs de quartier », à Toulouse et dans les communes de la métropole, comme à Saint-Orens. C’est le socle de notre projet urbain, qui peut aussi concerner la restructuration de certaines Zac comme à Empalot. « Coeurs de quartier » entre tout à fait dans le cadre du PLUi-H qui consiste à favoriser l’accueil des habitants dans les centralités. La meilleure preuve est que 80 % des logements neufs sont produits dans le cadre du renouvellement urbain.

 

Guide du Visiteur : Comment identifier les lieux de production des logements ?

Annette Laigneau : C’est tout le sens de la « densité modérée » qui est au cœur du projet de la commune. A Toulouse, nous avons identifié cinq secteurs, à l’exception de l’hyper centre, qui donneront lieu, avant la fin juin, à une synthèse de la part d’équipes d’urbanistes.

L’objectif est de raconter la ville qui se développe à travers un urbanisme de projet qui sera traduit dans le PLUi-H qui sera approuvé début 2019. Certains quartiers pavillonnaires représentatifs de l’identité toulousaine doivent être préservés, tandis que d’autres sont à accompagner, voire à restructurer ou, encore, à densifier. C’est un projet politique sur Toulouse, fil conducteur de notre histoire, et qui démontre la cohérence dans nos actions.

")