Actualités

Crédit Immobilier : Le prêt à taux zéro + franchit le cap des 200 000 bénéficiaires

Mercredi 13 juillet 2011
Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'écologie et Benoist Apparu, ministre du logement ont annoncé le 200 000ème PTZ +. Une occasion pour Immobilier Mode d'Emploi d'en rappeler les tenants et les aboutissants.

Le PTZ +, lancé officiellement le 1er Janvier 2011, a donc atteint la barre symbolique des 200 000 utilisateurs. Annoncé officiellement le mardi 14 septembre 2010 par Nicolas Sarkozy, ce nouveau prêt à taux-zéro a remplacé l’ancien PTZ en se complétant avec le Pass-Foncier et le crédit d’impôt des intérêts d’emprunt. En 2010, la France comptait 58% de propriétaires alors que la moyenne européenne est de 66%. Par le biais de ce dispositif, le gouvernement souhaite porter ce chiffre à 70% le plus rapidement possible.

PTZ + : Les grands principes

Le nouveau PTZ + est donc un outil qui doit favoriser l’accession à la propriété. Pour cela, il est plus adapté. En effet, il prévoit des aides qui correspondent à la réalité actuelle du marché, grâce, notamment, à une plus forte incitation à l’achat dans l’ancien en zone C. En étant plus centré sur les besoins des primo-accédants, qui représentent 2/3 du total des accédants, le nouveau PTZ + devient universel et aide les familles des classes moyennes. Afin d’illustrer ces propos, une augmentation de 15 000 primo-accédants supplémentaires, + 4% par an, a été prévu par le gouvernement. Les familles dont les revenus sont compris entre 2 et 4 SMIC sont dorénavant intégrés dans le nouveau système. Le PTZ + est aussi plus durable et dispose d’une vision environnementale importante. Étant en totale cohérence avec le Grenelle, il est conçu pour encourager l’acquisition de logements BBC et pour valoriser l’amélioration des performances énergétiques des logements anciens. Outre l’environnement et l’élargissement des bénéficiaires, le PTZ + est aussi plus efficace, économiquement parlant. En 2018, 200 millions d’euros d’économies auront été réalisés par rapport à la dépense 2010. Avec cette réforme qui consacre 2,6 Milliards d’euros à un PTZ rénové et renforcé, l’Etat n’aura jamais autant investi pour l’accession à la propriété. Les dépenses consacrées à ces aides à l’acquisition d’un logement passent de 300 M€ en 2007 à 3,4 Md€ en 2012 (soit une hausse de 3,6 à 6Md€ entre 2007 et 2012 en intégrant les autres aides qui sont maintenues comme le PEL, les APL accession et la TVA à 5,5% dans les zones ANRU).

Premier bilan et enseignements

En zones tendues, A et B1, le PTZ + soutient la construction de logements neufs avec près de 40% de la totalité des prêts accordés dans ces zones-là, contre 34% en 2010. Le PTZ + a bénéficié a tout le monde et particulièrement aux ménages des tranches de revenus supérieures (36,3%) mais dont l’apport de l’état ne représente que 12,2% de l’aide globale. Le dispositif a surtout aidé les ménages plus modestes, ne représentant que 19,7% des bénéficiaires, mais bénéficiant de 37,2% de l’aide globale. Le PTZ + a aussi stimulé la demande et l’offre de logements énergétiquement performants. Dans le neuf, la construction de logements BBC dépasse les espérances du Grenelle. En effet, dans le secteur résidentiel, l’application de la norme BBC ne sera obligatoire qu’en janvier 2013, pourtant la part du BBC dans le total des PTZ + accordés pour des logements neufs a augmenté de 8% entre l’année 2010 (10%) et le premier trimestre 2011 (18%), cette part atteint presque 50% en zone A. Dans l’ancien, le nombre de PTZ + accordés pour des logements énergétiquement performant (A, B, C, D) est de 58% tandis qu’il n’est que de 42% pour les logements anciens non performants (E, F et G).

Géographiquement parlant, la répartition s’effectue comme ceci :

  • Zone A : 17,9%
  • Zone B1 : 21,7%
  • Zone B2 : 20,4%
  • Zone C : 40%

En zone A, le PTZ + est surtout utilisé pour de l’ancien (83,3%), ce qui est sensiblement équivalent aux zone B1 et B2 (81,5%). En ce qui concerne la zone C, qui est majoritaire sur le territoire français, l’immobilier ancien est encore à l’honneur puisqu’il regroupe 66% des prêts accordés dans cette zone, 26,4% du total national, neuf et ancien confondus.

Le PTZ + séduit les jeunes actifs.

64,4% des utilisateurs du PTZ + en 2011 ont moins de 35 ans. La tranche 36 – 55 ans, représente 32,8%, soit la quasi-totalité du reste des utilisateurs. Les personnes seules et les couples représentent, quant à eux, 58,6% des foyers ayant bénéficié du PTZ +. En troisième position arrive le couple et un enfant (20,6%), la famille nombreuse est dernière avec 6,4%.

Par Alexandre Devinat

")